Home»BUSINESS TRAVEL»iFlytek lance un traducteur de langues pour les touristes chinois et les acteurs du secteur

iFlytek lance un traducteur de langues pour les touristes chinois et les acteurs du secteur

Fruit de longues années de recherche, le boîtier de traduction permet de traduire le chinois et 33 langues étrangères, mais aussi du texte grâce à un appareil photo intégré. Vendu dans un premier temps au grand public, il va désormais être proposé aux entreprises du Tourisme.

Mercredi soir, le Centre Culturel de Chine à Paris accueillait de nombreux officiels chinois, français et des personnalités du Tourisme. Pourquoi un tel événement ? Pour annoncer, dans le cadre de l’année du Tourisme Chine – Union européenne, l’arrivée sur le marché d’iFlytek easytrans 2.0. Ce petit boîtier permet de traduire 33 langues dont le chinois et 22 dialectes de l’Empire du Milieu, l’anglais, le russe, le français, etc. L’utilisation est très simple : il suffit de choisir la langue parlée puis celle dans laquelle on souhaite être traduit, d’enregistrer son message vocal et d’appuyer sur un bouton pour que l’intelligence artificielle traduise le propos à son interlocuteur. Pour une traduction du chinois vers l’anglais ou l’inverse, nul besoin d’être connecté au Web. En revanche, il faut l’être pour pouvoir traduire les autres langues. Seul petit bémol : pour le moment, il faut que le chinois soit la langue de départ ou d’arrivée, mais ce n’est qu’une question de temps avant qu’iFlytek – qui vise avant tout son marché domestique – n’offre la possibilité de traduire toutes les autres langues sans passer par le chinois.

iFlytek_easytrans_tourisme_chinois

Au-delà de cette fonctionnalité, le boîtier permet également de photographier un texte en chinois et de le traduire. « Je suis préoccupé car à l’avenir la profession d’interprète sera mis à l’épreuve », a ironisé Gao Yuanyuan, Zhai Jun, l’Ambassadeur de Chine en France, tandis que Christian Mantéi, Directeur général d’Atout France, louait une « prouesse technologique ». Philippe Douste-Blazy, Secrétaire général des Nations unies et ancien ministre français chargé de la Santé, de la Culture et des Affaires étrangères, a lui aussi salué l’initiative : « Les photos, les films, c’est bien, mais l’intelligence artificielle permet ici de vivre son voyage. Or, l’innovation technologique n’a de sens que si elle permet une innovation sociale. » La société iFlytek fait donc partie de ses entreprises de technologie souhaitant abolir cette barrière de la langue qui cause bien des soucis aux touristes et aux professionnels du Tourisme.

Des enjeux économiques importants

Selon Veruschka Becquart, Chef de mission des projets transversaux d’Atout France, l’Hexagone a accueilli 2,1 millions de touristes chinois l’an dernier, un chiffre qui augmente régulièrement. En étant équipés d’une technologie de ce type, les professionnels du Tourisme pourraient améliorer l’expérience des voyageurs étrangers, en particulier des Chinois qui ne parlent pas souvent anglais, et bien entendu augmenter leur chiffre d’affaires. « D’après une étude menée par mes équipes, on a constaté que moins de 10 % des offices du tourisme en France proposaient des contenus en chinois », a déploré un professionnel du Tourisme chinois. Une situation qui doit rapidement s’arranger tant les voyages individuels se développent. Ces solutions peuvent également servir à l’accueil des touristes occidentaux dans l’Empire du Milieu comme l’a souligné Mu Yuwei, Directeur de l’Office National du Tourisme en Chine : « En dehors de Pékin et Shanghai, nous manquons de guides francophones. »

La France, un marché prioritaire pour iFlytek

Vendu jusqu’à présent exclusivement aux touristes chinois voyageant en Europe, l’entreprise envisage désormais d’adresser son produit aux structures européennes. « En Chine, notre entreprise détient 70 % du marché des appareils de traduction, nous a expliqué Madame Wang, Directrice Marketing d’iFlytek. Au 1er semestre 2018, nous avons vendu 200 000 appareils auprès de nos concitoyens. Historiquement, nous nous adressons au grand public, mais nous souhaitons désormais nous adresser aux entreprises européennes qui accueillent des touristes chinois et la France sera notre premier marché. » Interrogé par TOM sur l’intégration de cette solution à d’autres devices, Madame Wang a répondu qu’il était techniquement possible d’enrichir des devices tels que des smartphones, des enceintes connectées, des lunettes connectées et autres wearables. « Mais cela ne dépend pas que de nous, il faut coopérer avec les écosystèmes », a-t-elle ajouté.

Vers une meilleure expérience de voyage

La solution intéresse beaucoup le groupe Pierre & Vacances Center Parcs, déjà implanté en Chine. Travaillant sur la data et l’IA pour personnaliser ses offres, l’enseigne aimerait tester le boîtier d’iFlytek à Villages Nature Paris qui accueille de plus en plus de Chinois. « Nous croyons également beaucoup à l’émotion et cela doit être à terme ajouté à la reconnaissance vocale ou du texte afin d’être pertinent dans la communication », a déclaré Grégory Sion, Directeur Général, Commercial & Digital du Groupe. Après 19 ans de recherches dans les nouvelles technologies, les équipes d’iFlytek ont encore de beaux challenges à relever.

Previous post

My Urban Experience digitalise les visites guidées grâce à la Réalité Superposée

Next post

Sabre développe un chatbot pour les voyageurs d’affaires

No Comment

Leave a reply

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *