Home»MOBILITE»GEED, la solution digitale qui valorise les sites touristiques et culturels

GEED, la solution digitale qui valorise les sites touristiques et culturels

Créée il y a 3 ans, la jeune entreprise Livdeo a lancé GEED, une solution de visite numérique dédiée aux sites touristiques et culturels. Reposant sur un modèle de « sur-mesure », GEED permet par exemple aux musées de choisir le contenu qu’ils souhaitent valoriser, que ce soit sous forme d’images, de vidéos ou encore de réalité virtuelle. Grâce à cette solution, les touristes peuvent ainsi obtenir des informations multimédias supplémentaires sur les lieux qu’ils visitent. Marc Perrey, Co-Fondateur et Directeur de la startup, revient sur le concept et les aspects techniques de GEED ainsi que sur les ambitions de la jeune pousse. 

Quel est le concept de GEED ?

Livdeo-Marc-Perrey
Marc Perrey, Co-Fondateur et Directeur de Livdeo

GEED est une solution globale offrant un compagnon de visite aux établissements et sites culturels et touristiques. On peut aussi bien installer le système de GEED dans les musées que dans les trains touristiques, les bus ou les petits bateaux de croisières.

L’interface de visite est directement accessible sur les appareils personnels des visiteurs, smartphone ou tablette, Android ou iOS, grâce à la connexion dédiée que nous mettons à disposition sur chaque site. Elle contient des informations très précises sous forme d’images, de vidéo, d’animations en réalité virtuelle et d’audioguide, entre autres, sans que les sites soient obligés de donner du matériel aux visiteurs.

À la Citadelle de Belfort, par exemple, notre assistant de visite, qui peut être couplé à un casque de réalité virtuelle en carton ou non, permet de reconstituer certaines pièces du lieu à la période de la Renaissance. Actuellement, nous travaillons avec EDF pour installer un système GEED sur les plateformes de panorama de barrages pour apporter des informations aux touristes et passants, car ils sont très intéressés par ce qu’il s’y passe. Enfin, pour les journées du patrimoine, nous pourrions installer notre solution à l’extérieur de sites inaccessibles, comme des tours médiévales, le clocher d’une église ou encore un bâtiment privé pour proposer une médiation virtuelle de l’intérieur du site.

Comment le visiteur a-t-il accès à l’interface de visite, exactement ?

Notre solution repose sur deux piliers. D’abord, il n’y a aucune application à télécharger par le visiteur, tout simplement car les applications à usage unique sont aujourd’hui décriées. Entre 60 % et 80 % des touristes refusent de télécharger ce type d’applications sur les stores, car elles prennent de la place sur leurs appareils. Ainsi, le visiteur arrive sur le lieu, en extérieur ou en intérieur, et un panneau lui indique qu’il peut avoir accès à une visite améliorée du lieu en se connectant au Wi-Fi dédié. Il sera alors pris en charge par le portail captif et aura accès à toutes les informations dispensées par le site touristique. Cela est un vrai avantage pour les touristes étrangers qui n’ont pas le forfait adéquat pour pouvoir se connecter en 4G, par exemple. D’autant plus que les points Wi-Fi, même dans les grandes villes, peuvent vite saturer.

Le deuxième pilier repose donc sur l’installation de micro-serveurs directement sur le site culturel afin de garantir une connexion de qualité.  L’interface de visite est donc directement hébergée sur des micro-serveurs, eux-mêmes connectés à Internet. Mais la connexion n’a pas besoin d’être très puissante. Notre ‘secret’, c’est d’installer assez de boxes, tout près du visiteur, pour assurer un grand nombre de connexions simultanées. Deux ou trois micro-serveurs couvrent un potentiel de plus de 2000 personnes. Tous les visiteurs bénéficient donc d’un bon confort de visite et de lecture.  L’installation est garantie pendant 10 ans et les services que nous proposons sont soumis à un contrat annuel, dont un contrat de maintenance.

Galerie Lympia, Nice

GEED est donc une solution personnalisable ?

C’est un package qui peut s’adapter à la taille du site ou de l’établissement client. Ce qui est fondamental pour nous, c’est d’offrir une liberté et une autonomie d’utilisation et de création aux établissements. Le back-office dédié de GEED permet à nos clients d’alimenter leur assistant de visite avec le contenu qu’ils souhaitent. Nous pouvons créer ce contenu pour eux ou bien ils peuvent le faire eux-mêmes et aussi faire appel à des prestataires. Ils peuvent aussi ajouter une nouvelle langue ou créer une nouvelle fiche d’information sur une œuvre, par exemple, en totale autonomie.

Telle une application dédiée, l’interface de visite de GEED peut être totalement personnalisée par l’établissement. Nous faisons une étude graphique pour créer un assistant agréable avec un joli design qui le représente. GEED est aussi personnalisable dans le sens où il peut être adapté aux bus, trains, bateaux et même aux avions. Le contenu est directement lu via les boxes installées. Celles-ci intègrent d’ailleurs des cartes GPS qui permettent de savoir où se trouvent le véhicule et délivre des notifications à chaque emplacement clé pour donner aux voyageurs des informations sur le lieu qu’il traverse. Livdeo s’assure de suivre les changements et d’effectuer une maintenance constante pour faire en sorte que tous les contenus soit bien mis à jour et compatibles. Nous effectuons les modifications nécessaires sur chaque système que nous installons.

Pourquoi pensez-vous qu’il est important pour les sites touristiques et culturels d’adopter une solution comme GEED ?

De plus en plus d’établissements recevant des touristes comprennent l’intérêt de passer au numérique. Les sites touristiques ont besoin d’offrir des traductions en au moins 4 ou 5 langues étrangères pour satisfaire tous les visiteurs. Mais la description des œuvres, avec plein de cartels pour chaque langue, c’est beaucoup trop. C’est là l’intérêt du numérique : avec GEED, on n’empiète pas sur l’espace public. Notre solution évite aux sites d’installer des panneaux de 3 mètres sur 3 mètres juste pour donner une description aux touristes. Là, toutes les infos se trouvent sur l’appareil du visiteur, lui offrant l’autonomie qu’il souhaite. Pour l’exposition de Giacometti à Nice, à la Galerie d’art contemporain Lympia, la fondation Giacometti ne voulait voir apparaître aucune traduction ou information sur les œuvres mis à part le titre. Et bien GEED a obtenu un taux de 100 % de connexion, car les visiteurs voulaient avoir ces infos supplémentaires.

Par ailleurs, nous essayons d’offrir une expérience de visite inclusive. Il est important pour les établissements d’avoir une solution d’accompagnement pour les visiteurs handicapés. Nous apportons donc de l’audiodescription, mais aussi de la réalité virtuelle permettant aux touristes en fauteuil roulant de visiter les endroits qui leurs sont inaccessibles.

Livdeo-GEED-Museum de Toulouse
© Museum de Toulouse

Selon vous, quels sont les points qui vous démarquent de la concurrence ?

Nous garantissons une fluidité du réseau permettant aux visiteurs de faire le tour des sites sans être interrompus à cause de saturation. L’avantage de notre solution, par ailleurs, c’est que c’est une philosophie plutôt qu’une solution technologique. On ne vend pas uniquement de la réalité virtuelle ou uniquement de l’audio-guidage ou autre. L’aboutissement, c’est un compagnon de visite. Et celui-ci est inclut dans un package permettant son bon fonctionnement. C’est une bonne alternative aux installations sophistiquées et coûteuses comme les oreillettes d’audioguide, les tablettes à fournir, etc. Ces dispositifs sont chers et leur gestion ainsi que leur maintenance peut s’avérer fastidieuse.

GEED a également la capacité de saisonnaliser les contenus. Les visiteurs en hiver et en été ne sont pas les mêmes. Par exemple, en mai, l’interface et son contenu peuvent être changés pour accueillir les touristes d’été. C’est vraiment l’aspect global de notre solution que nous mettons en avant, mais aussi la liberté de créer du contenu que nous offrons aux établissements. Le système de GEED a été pensé pour être solide tout en étant complètement évolutif.

Est-il possible pour le visiteur de garder le contenu qui lui a plu, en souvenir ?

Nous avons un module post-visite qui permet au visiteur de faire un mini-film avec les moments de la visite qu’il a ‘liké’. Il peut aussi y insérer ses propres photos, puis le partager sur les réseaux sociaux. Il y a également une solution pour créer des selfies augmentés, on peut rajouter des éléments de communication de l’établissement sur ses photos.

Quel est le futur de GEED ?

Pour l’instant, notre plus grosse vitrine est le Musée Olympique de Lausanne. Ils nous ont choisi parmi plusieurs autres solutions pour notre aspect ‘prise en charge globale’. C’est grâce à cette force que nous comptons séduire les petits bateaux de croisière et les trains touristiques, nos toutes prochaines cibles.

Sinon, nous partons bientôt conquérir le marché québécois, lors des Rencontres Internationales des musées, à Québec. Et vers la fin de l’année, une nouvelle fonctionnalité sortira pour nos clients existants. Il s’agit d’une solution de reconnaissance d’œuvre, intégrée à GEED. Elle fonctionnera en interne, grâce à l’implémentation d’un système d’intelligence artificielle dans nos boxes…

Photo d’ouverture : © GEED

Previous post

« Le métier de marketeur ne change pas, ce sont les algorithmes qui s’adaptent à sa volonté »

Next post

Uber for Business intègre la solution de gestion des notes de frais Expensya

1 Comment

Leave a reply

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *