Home»DATA»Le cloud et les micro-services : les 2 chantiers technologiques de fonds de Sabre

Le cloud et les micro-services : les 2 chantiers technologiques de fonds de Sabre

cloud_microservices_stx18

Face aux évolutions technologiques que connaît le secteur du Tourisme, Sabre est en train d’opérer sa mutation. Pour incarner cette nouvelle génération de GDS, la société américaine travaille sur deux grands chantiers afin de modifier son infrastructure : l’hébergement sur le cloud et la création de micro-services qui lui confèrent plus d’agilité.

Il y a deux catégories de technologies. La technologie dite « sexy » qui fait rêver et dont on parle beaucoup. L’intelligence artificielle, la blockchain, sans les amenuiser, sont les technologies des marketeurs. Puis il y a la technologie de l’ombre, dont on parle moins. Elle est la colonne vertébrale de nombreux  systèmes informatiques et fait fonctionner l’ensemble. C’est de cette catégorie dont il a été question lors d’une entrevue accordée aux journalistes dans le cadre du Sabre Technology Exchange (STX). Joe DiFonzo, Chief Information Officer, Vish Saoji, Chief Technology Officer et Mark McSpadden, Vice President Digital Experience, sont ce que l’on peut appeler des geeks. D’ailleurs, l’un d’entre eux arbore une montre connectée. Pendant une heure, ils ont pu nous expliquer quels étaient les grands chantiers technologiques de fonds sur lesquels Sabre est en train de se pencher : le cloud et les micro-services, développés avec une approche DevOps qui implique  tous les niveaux de l’entreprise. La partie submergée de l’iceberg.

« J’ai rejoint l’équipe de Sabre car l’approche m’a séduit. Nous ne nous contentons pas de moderniser une vieille plateforme, nous changeons les roues du bus pendant qu’il est en train de rouler. Nous intégrons NDC, créons un one-order, mettons en place des outils de data analytics, réfléchissons à la blockchain et tout cela en garantissant une certaine flexibilité grâce aux micro-services », a confié d’entrée de jeu Vish Saoji, Chief Technology Officer de Sabre Corporation.

La tête dans les nuages

Le premier grand chantier amorcé par Sabre il y a déjà quelques mois concerne donc la migration de son infrastructure vers le cloud. Si les géants d’Internet ont depuis longtemps acquis cette agilité, il ne s’agissait pas d’une tâche si aisée pour le GDS né dans les années 1960. Sabre s’est donné jusqu’à 2023 pour achever cette migration en s’appuyant sur la technologie Amazon Web Services (AWS) et Microsoft Azure. « Le marché du cloud est enfin mature, a déclaré Joe DiFonzo, Chief Information Officer de Sabre Corporation. Rien ne sert de développer ses propres data centers lorsque l’on sait qu’Amazon et Microsoft dépensent des fortunes dans l’amélioration de leur plateforme ». Avec une demande grandissante, le GDS doit faire grandir son environnement et améliorer sa réactivité. Ce nouveau type d’hébergement permettra aux clients du GDS d’avoir accès au contenu de Sabre plus rapidement. L’idée est de stocker les données dans des « landing zones » pour chaque région du monde (EMEA, USA et APAC).

Une construction en Lego

Pour acquérir davantage de flexibilité, Sabre travaille également à l’élaboration de micro-services reposant sur le cloud. Grâce à Amazon Web Services, le GDS veut construire ce que les trois acolytes appellent des blocs Lego. « Nous voulons créer des centaines de blocs Lego imbriqués entre eux », a précisé Vish Saoji, complété par Joe DiFonzo : « Si un problème survient, il est possible d’isoler un micro-service le temps de le réparer. Cela permet d’être plus agile ». « Une fois les Lego assemblés, cela ressemble à un Faucon Millenium », a plaisanté Mark McSpadden.

L’avantage d’une telle infrastructure est que le développement de services est bien plus rapide. Des mois contre des années auparavant. Sabre a par exemple développé une API (interface de programmation) NDC de cette manière. Les acteurs du Tourisme peuvent l’implémenter et la tester facilement. Pour Joe DiFonzo, il est bien plus simple de passer par ce genre de technologie plutôt que de chercher à se connecter en direct avec les compagnies aériennes. « Dans le secteur, tout changement coûte assez cher car tout est interconnecté et chaque action a des répercussions », a-t-il précisé.

Partir sur de bonnes bases

Pour le Vice President Digital Experience de Sabre, c’est avec cette bonne infrastructure qu’il sera possible de s’adapter facilement aux mutations que connaît le secteur. « Il y a cinq ans, nous ne parlions pas encore d’intelligence artificielle ou de langage naturel. Tout va très vite. Nous allons donc pouvoir mieux répondre aux changements », a-t-il expliqué.

Via Tripcase, Sabre veut donner la possibilité d’ajouter facilement des fonctionnalités à l’avenir : des pushs informatifs afin de modifier un itinéraire ou un module de réservation Uber par exemple. Avec toutes les données que possède Sabre, le GDS pourrait créer un lieu unique où effectuer toutes les réservations pour la totalité du voyage.

L’entretien s’est achevé sur ces mots du Chief Technology Officer : « Bien plus qu’un GDS, nous voulons devenir une plateforme incontournable ».

A la fin de la conférence, TOM a pu interviewer Mark McSpadden, Vice President Digital Experience de Sabre, pour savoir quelles sont les 3 technologies qui doivent attirer l’attention des pros du Tourisme (en anglais):

Photo d’ouverture : Iker Urteaga

A lire également :

Previous post

EVTOL, la Rolls-Royce des taxis volants ?

Next post

Les clients OTA, des « clients précieux »

No Comment

Leave a reply

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *