Home»BUSINESS TRAVEL»#FBT18 : À quoi ressemblera le marché mondial du Voyage d’affaires en 2020-2025 ?

#FBT18 : À quoi ressemblera le marché mondial du Voyage d’affaires en 2020-2025 ?

fbt18-a-quoi-ressemblera-marche-mondial-voyage-daffaires-2020-2025
© TOM

Lors du Future of Business Travel, événement organisé par TOM et soutenu par SAP Concur, Morgann Lesné, associé de Cambon Partners, a fait part de ses prédictions quant au futur du marché mondial du Voyage d’affaires.

Hier, Morgann Lesné, associé de Cambon Partners, est monté sur la scène du Future of Business Travel pour dresser le portrait du futur du marché mondial du Voyage d’affaires. Mais avant cela, le spécialiste a tenu à faire l’état des lieux du marché actuel.

Selon lui, la valorisation du marché du Tourisme, « dont le Business Travel est un segment », est menée par des grands acteurs tels qu’Expedia mais aussi Booking.com. La valeur boursière de ce dernier, notamment, est chiffrée à 100 milliards de dollars : « Booking.com représente la plus grosse capitalisation en bourse, elle équivaut à 20 fois son EBITDA (Earnings before interest, taxes, depreciation, and amortization, indicateur financier américain permettant de valoriser les sociétés non-côtées, ndlr) et 7 fois son chiffre d’affaires», a confié Morgann Lesné, avant d’ajouter que même une société comme « Lastminute a une valeur 3 fois son EBIDTA. »

Si les entreprises du Tourisme se portent bien, celles qui destinent leurs services au Voyage d’Affaires sont un peu moins porteuses de croissance, a expliqué le spécialiste. « De grands fournisseurs tels que HRG ou FlightPartner ne sont évalués qu’à 1,5 fois leur chiffre d’affaires, a indiqué Morgann Lesné, et bien que les sociétés de technologies pures comme Amadeus et Sabre soient correctement valorisées par la bourse, il y a encore énormément de potentiel de croissance dans le segment du Business Travel », a-t-il insisté.

Quand les fusions et acquisitions deviendront la norme

Pour Morgann Lesné, les M&A (fusions et acquisitions) dans le secteur du déplacement professionnel tendent à se multiplier… Et cela est une bonne nouvelle. « Les transactions sont consubstantiels dans le Business Travel, ils font partie de l’ADN du secteur, a-t-il affirmé. C’est une technique qui amène de l’innovation, qui apporte de nouveaux produits et qui permet un renouvellement des équipes ». En effet, force est de constater qu’aujourd’hui, les grandes entreprises cherchent intentionnellement à absorber les PME qu’elles jugent innovantes et complémentaires à leur métier. Cela, en vue d’enrichir leur offre et, ainsi, s’imposer en tant que référence en termes de satisfaction voyageur.

Le spécialiste a notamment déclaré que « les M&A permettent à de nouveaux entrant de pénétrer les marchés qui leurs sont stratégiques ». Il prend d’ailleurs l’exemple de la Chine, où « il est impossible pour une entreprise de s’implanter si elle ne fait pas affaire avec un acteur local », a-t-il expliqué.

Selon l’associé de Cambon Partners, les entreprises qui s’intéressent désormais aux déplacements professionnels, telles que Booking.com, combleront sûrement leur retard sur le marché du Voyage d’Affaires en menant de nouvelles fusions et acquisitions.

Quelle place pour le paiement ?

Alors que les technologies de paiement évoluent, quelle sera la place de celui-ci dans le Voyage d’affaires ? À cette question, Morgann Lesné se réfère une fois de plus au modèle chinois, dans lequel « le paiement est à la base de tout ». En Chine, les entreprises qui dominent sont celles qui arrivent à créer un écosystème de services autour d’une solution de paiement, a précisé le spécialiste. « C’est un territoire qui incarne la croissance et qui est très avancé en termes de ‘consumer technology’ ».

Là-bas, Tencent s’impose comme la référence : la société a conçu WeChat comme un service tout-en-un afin que les consommateurs n’aient à dépendre d’aucune autre application. Pour Morgann Lesné, la force des entreprises chinoises réside donc dans leur capacité à agréger toutes les solutions du quotidien autour du paiement. Un facteur qui devient important pour de nombreuses entreprises clientes qui cherchent à sécuriser et optimiser les réservations de voyage de leurs collaborateurs tout en leur donnant accès à un panel de services utiles à leur confort lors de leurs déplacements.

L’humain primera

Si les usages et solutions se digitalisent de manière exponentielle, les TMC n’ont pas à craindre leur disparition. « En Chine, où les technologies sont très avancées, le ‘travel management’ online ne représente que 15% du marché BtoC, cela veut dire que 85% des chinois ont encore recours à des agences physiques, se renseignent auprès d’agents humain », a révélé Morgann Lesné. Selon lui, la relation humaine restera longtemps au cœur du Voyage d’affaires. « L’humain peut tout de même être sublimé par les technologies, a-t-il ajouté, mais c’est aux TMC d’absorber et de gérer cette digitalisation. »

À lire également :

Photo d’ouverture : © TOM.travel

Previous post

#FBT18 : comment l’IA peut-elle renforcer la sécurité des déplacements professionnels ?

Next post

#FBT18 : quels sont les nouveaux enjeux de sécurisation de la data dans le voyage d’affaires ?

No Comment

Leave a reply

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *