Home»NEXT BIG THINGS»L’impression 3D : une révolution dans le tourisme (Partie 2)

L’impression 3D : une révolution dans le tourisme (Partie 2)

Il était difficile d’imaginer il y a quelques années que les technologies de l’impression 3D seraient capables de révolutionner autant différents secteurs de l’industrie. Et pourtant l’imprimante 3D est, selon les tendances établies par Gartner en 2017, une technologie reconnue et bien établie dans le secteur industriel. Véritable révolution amorcée dans les domaines du médical, de l’aéronautique ou de la mode, l’impression 3D a un très bel avenir dans le tourisme. Dans un précédent article j’ai présenté les possibilités que représente l’imprimante 3D sur le sur-mesure et dans l’aéronautique. Je poursuis ce voyage dans cette technologie à travers les souvenirs, le médical, l’hébergement et le patrimoine.

Les souvenirs

Autre très grand champ d’application de l’imprimante 3D dans le tourisme : les souvenirs.
Les souvenirs sont des éléments importants de l’expérience touristique et la plupart des visiteurs en ramènent de leurs voyages. Cependant les souvenirs sont souvent considérés comme des marchandises bon marché, inauthentiques et produites en masse, souvent en Chine et servent très peu l’économie locale. La technologie d’impression 3D in situ, pourra être une expérience interactive qui redonnera un aspect authentique aux souvenirs et satisfera ce besoin de plus en plus prégnant de la personnalisation. En effet, l’imprimante 3D permet de produire le souvenir aux couleurs, à la taille voire à la forme désirée par le visiteur. C’est telle gargouille et pas une autre, c’est ce monument ci, avec ce texte précis qui pourra être produit. Bien entendu ces souvenirs pourront être siglés, par la destination et par le fabriquant. Ces souvenirs produits par des fab lab locaux, les rendraient encore plus authentiques et permettraient une réelle créativité locale. Car il suffit de modifier un fichier de base, pour y ajouter un slogan, une variation artistique ou une dédicace personnalisée. Nous pourrons avoir le Mont St Michel en 3D avec une dédicace « A Mamie Josette, son petit Nicolas » ou bien un des chats de Kotor (une magnifique destination au Monténégro), de la couleur qui nous plaît, avec inscrit dessus « Souvenir d’un merveilleux voyage avec mon ami Laurent ». Encore plus fort, l’impression à partir d’une image 3D, qui permettra d’imprimer son souvenir à partir de sa photo. Nous pourrons avoir nos enfants devant la Sagrada Familia, en modèle réduit, comme souvenir impérissable de notre voyage en famille. Ce qui est ici extraordinaire c’est la co-création possible par le touriste lui-même. En entrant ainsi dans le processus de création, le touriste s’implique encore plus dans son expérience touristique et rapporte chez lui des objets uniques et dédiés. Pour une destination, c’est un formidable moyen de se démarquer et de proposer une expérience originale.

Les accidents

L’industrie de la santé a adopté l’impression 3D très rapidement, passant de 1,3 milliard de dollars en 2013 à 4 milliards de dollars. On peut en effet imprimer de la peau, des organes, des os, des veines…

Si je vous parle ici de la santé, c’est que les applications liées aux soins de santé pourraient un jour être une aubaine pour les voyageurs qui ont des problèmes de santé ou un accident à l’étranger. Plutôt que de commander un équipement orthopédique ou une attelle particulière qui ne se trouverait pas nécessairement sur place, un hôpital pourrait, accéder aux fichiers numériques d’un patient et imprimer l’article requis sur place et quasi-instantanément.

L’hébergement

Sur une plus grande échelle, l’impression 3D est capable d’utiliser le béton et l’acier. De maisons en Chine à la ville d’Amsterdam qui a construit un pont à l’aide de robots imprimantes, la construction devient un nouveau champ d’application pour l’impression 3D. Il sera bientôt possible d’imprimer des unités d’hébergement à la demande. Couplée à des matériaux bio-dégradables, cette technologie pourrait en partie résoudre ce problème de saisonnalité si prégnant dans le tourisme. En effet, les professionnels de l’accueil pourraient être en mesure de n’imprimer que la surface nécessaire au nombre réel de touristes reçus à telle ou telle période. En se dégradant au bout de quelques jours ou semaines, ces structures disparaîtraient du paysage hors saison. (Voir article sur le camping et l’impression 3D paru dans TOM en 2016)

Imprimer Palmyre

Enfin il y a encore un autre domaine du tourisme qui touche plus particulièrement le patrimoine. CONCR3DE, une entreprise hollandaise, a recours à l’impression 3D pour reconstituer l’Arche de Palmyre après qu’elle ait été détruite par l’État islamique. Le groupe #NEWPALMYRA a créé une plate forme sur laquelle on peut remodeler l’ancienne ville à partir de photos et de dessins 3D. La technologie développée par cette entreprise permet d’imprimer les objets dans un vrai matériau en pierre avec la précision et la liberté géométrique requises. Ce projet démontre ainsi comment cette technologie peut aider à reconstruire le patrimoine historique de certaines régions et diffuser plus largement la culture.

Les avancées technologiques de l’impression 3D sont impressionnantes. Les entreprises ont dépassé depuis longtemps le stade du porte-clé en plastique de couleur criarde. Pour le tourisme ce sont des hôtels et des infrastructures touristiques construites plus rapidement et de façon plus flexible.  Des souvenirs co-produits par le touriste et produits localement et non plus en Chine. Des objets du quotidien sur mesure et siglés. Des avions plus légers et plus sobres en énergie. Bref, le touriste du futur partira les mains dans les poches et le cœur léger grâce à l’imprimante 3D !

Previous post

Pour Keolis et Navya, le déploiement des navettes autonomes est une réussite

Next post

Suite à l'arrivée d'Alexa en France, la RATP lance à son tour une fonctionnalité vocale

No Comment

Leave a reply

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *