Home»TRANSPORT»À Dijon, Keolis veut déployer l’open payment sur l’ensemble du réseau de transport

À Dijon, Keolis veut déployer l’open payment sur l’ensemble du réseau de transport

Lors du salon européen des Mobilités 2018, Keolis présentait l’open payment, une solution permettant d’utiliser sa carte de paiement comme titre de transport. Laurent Verschelde, directeur général de Keolis Dijon, a fait le point sur le lancement de cette technologie dans les trams de la ville. 

Le principe de l’open payement est basé sur la technologie sans contact des cartes Visa. « L’idée est de pouvoir acheter, dématérialiser et valider ses titres de transport à l’aide de sa carte de paiement », a précisé Arnaud Julien, directeur innovation de Keolis, lors d’une micro-conférence donnée à l’occasion du salon des Mobilités. Un concept qui pourrait porter ses fruits puisque 70% des cartes de paiement en France sont sans contact, ajoute Arnaud Julien. Au-delà de la technologie RFID, l’open payement repose également, et évidemment, sur une technologie bancaire, « c’est-à-dire que ce concept s’appuie sur un procédé de transaction sécurisée. Il n’y a rien à craindre », a expliqué le directeur innovation de Keolis. Quant au titre de transport dématérialisé, « il est hébergé dans le Cloud ».

Grâce à l’open payment, qui peut s’intégrer sur tous les valideurs du moment qu’ils sont compatibles, Keolis veut garantir aux voyageurs une expérience fluide et simple. Ce système devrait d’ailleurs encourager les usagers à être en régularité lors de tous leurs trajets. Pour les Autorités organisatrices de la Mobilité (AOM), cela signifie donc une réduction des fraudes. Le contrôle de la régularité des voyageurs est d’ailleurs tout aussi simple que pour les titres de transports physiques. « Les contrôleurs sont munis d’une sorte de terminal de paiement qui vérifie que la transaction a bien été faite », a expliqué le directeur innovation de Keolis. Soutenu par le spécialiste des transactions bancaires Worldline, Keolis mise également sur l’open payment pour aider les AOM à attirer les personnes qui n’utilisent les transports qu’occasionnellement.

Une première expérience française à Dijon

Inspiré par Londres – qui avait lancé avec succès l’open payment lors des JO 2012 -, les 33 tramways Divia du réseau de transport de Dijon sont désormais équipés depuis 2 mois et demi pour accueillir cette technologie. « Dijon est une ville de plus en plus attractive. Elle attire plus de 300 000 visiteurs différents. Pour certains, il est difficile d’utiliser les transports en commun car ils ne connaissent pas les réseaux dijonnais, a expliqué durant la conférence Laurent Verschelde, directeur général de Keolis Dijon. Nous avons donc voulu développer un dispositif le plus simple possible ».

Côté dépenses et régularité, les usagers doivent accoler leurs cartes bancaires sur les bornes d’open payment à chaque fois qu’ils montent à bord du tram. S’ils voyagent plusieurs fois dans une journée, ils ne seront débités au tarif unitaire que lors de leurs trois premiers trajets. Au bout de trois transactions, Divia considère que le voyageur a payé un tarif journalier et peut donc se déplacer plusieurs fois encore sans payer davantage. Pour vérifier leurs dépenses, il suffit aux usagers de se rendre sur le site du réseau de transport de Dijon et rentrer leur numéro de carte bancaire.

Si Keolis est capable de « caper » les transactions pour avantager les usagers, une question se pose : quid des abonnements ? « On pourrait très bien associer un certain profil aux gens qui utilisent l’open payment selon la fréquence de leurs déplacements, mais pour l’instant ce n’est pas vraiment notre priorité », a confié Laurent Verschelde. Pour ce qui est d’acheter plusieurs tickets pour différentes personnes avec une même carte de paiement, Keolis n’a pas encore élaboré de système pour cette option.

« L’open payment marche bien à Dijon, les avis des utilisateurs sont très positifs, a déclaré le directeur général de Keolis Dijon. Nous avions pour ambition d’atteindre les 700 000 voyageurs d’ici 2020 et nous avons déjà atteint la moitié de cet objectif seulement deux mois après le lancement de notre service ». En conséquence de cette réussite, le déploiement total de l’open payment sur l’ensemble des réseaux dijonnais est prévu pour septembre 2019. Les bus de la ville devraient accueillir cette technologie dès la rentrée prochaine.

À lire aussi : 

Photo d’ouverture : © Keolis (Twitter)

Previous post

Chez Hotelbeds, les voyageurs profiteront du service de conciergerie de City Expert

Next post

Google Maps devient payant : réactions des professionnels de la cartographie dans le Tourisme

No Comment

Leave a reply

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *