Home»BUSINESS TRAVEL»Etude SAP Concur : quelles sont les attentes du voyageur d’affaires français vis-à-vis de l’IA ?

Etude SAP Concur : quelles sont les attentes du voyageur d’affaires français vis-à-vis de l’IA ?

La société SAP Concur a mené une étude auprès des salariés européens afin de connaître leurs attentes vis-à-vis des applications de l’intelligence artificielle dans le voyage d’affaires.  

Alors que l’État compte investir 1,5 milliard d’euros pour faire de la France l’un des pays leaders de l’IA, cette technologie trouve déjà quelques applications dans l’industrie du Tourisme. Les acteurs du secteur l’utilisent par exemple dans le conversationnel pour doter des assistants, de type chatbot ou vocaux, d’une capacité de réflexion afin de comprendre les requêtes des utilisateurs. L’IA est également utilisée pour faire du prédictif. Et si la technologie n’en est qu’à ses balbutiements dans le Tourisme, l’étude menée par SAP Concur suggère qu’elle est très attendue par les salariés français. Si seulement 76 % d’entre eux déclarent être familiers avec cette technologie, ils sont 56 % à être convaincus qu’elle constitue un moyen de personnaliser davantage leurs voyages d’affaires. Paradoxalement, seulement 28 % des Français l’utilisent quotidiennement. Ils semblent toutefois s’intéresser au concept. À la question : « A quoi pensez-vous quand vous entendez le terme intelligence artificielle ? », plus d’un répondant sur deux ont évoqué les robots capables de dialoguer avec les humains et les assistants vocaux.

Anticiper les coûts d’un voyage d’affaires

Selon l’étude, 32 % des salariés français voient l’intelligence artificielle comme un moyen d’analyser et donc d’anticiper les coûts relatifs à leurs voyages d’affaires, au moment ou en amont de leurs réservations. Pour 27 % des Finlandais, l’IA est un bon outil pour faciliter le traitement et la gestion des notes de frais. Ces derniers considèrent également (52 %) qu’elle est une technologie qui peut rendre le voyage d’affaires plus sûr, notamment en termes de prédiction des risques climatiques ou terroristes. Une idée partagée par seulement 35 % des répondants français. Un chiffre à nuancer. L’étude révèle que cette tendance est plus forte chez les 18-39 ans (43,4 %), ainsi que pour les voyageurs d’affaires de l’hexagone, qui approuvent à 49 %.

Photo d’ouverture : © Anete Lūsiņa 

À lire aussi :

Previous post

Kitty Hawk Flyer dévoile son nouveau prototype d’avion personnel grand public

Next post

Dès cette année, Sabre veut faciliter l'adoption de la norme NDC

No Comment

Leave a reply

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *