Home»NEXT BIG THINGS»Uber Elevate : les premiers vols commerciaux prévus pour 2023

Uber Elevate : les premiers vols commerciaux prévus pour 2023

Uber-Elevate-les-premiers-vols-commerciaux-prevus-pour-2023

Alors que la course au taxi volant est bien engagée, la direction d’Uber profite de sa conférence Uber Elevate pour en dévoiler un peu plus sur son aéronef.

Comment surmonter le défi de la mobilité urbaine ? Face au trafic routier qui ne cesse d’augmenter dans les grandes villes, Jeff Holden, directeur opérationnel des produits Uber, fait le pari des taxis-volants. Hier, lors de la deuxième conférence annuelle d’Uber Elevate au Skirball Center à Los Angeles, la société a dévoilé quelques informations concernant ses taxis volants. Comme prévu, les premiers vols d’essai devraient s’effectuer en 2020 à Los Angeles, célèbre pour son trafic automobile dense. La direction d’Uber Elevate estime pouvoir rendre accessibles ses premiers vols commerciaux à l’horizon 2023 via son application. Alors qu’Ehang 184 a déjà effectué une série de vols tests avec passagers et sans pilote, Uber a souligné lors de la conférence que ses engins seront pilotés par l’homme, dans un premier temps en tout cas. Au travers d’une vidéo, la firme a aussi dévoilé quelques images de ce que pourraient être ces VTC des airs mi-drones mi-hélicoptères aux lignes futuristes. Les maquettes ont été confiées à plusieurs constructeurs, du brésilien Embraer au slovène Pipistrel, en passant par l’américain Karem Aircraft. « Ce sont des prototypes qui n’existent pas encore », a précisé Eric Allison, directeur des programmes d’aviation de Uber Elevate auprès de l’AFP.

« Des avions électriques volant entre 240 et 360 km/h »

Si leur design définitif n’est pas encore choisi, on en sait plus sur leurs caractéristiques. Uber Elevate prévoit d’obtenir des aéronefs à décollage et atterrissage verticaux (ADAV) de deux à quatre places. « Les avions seront entièrement électriques (…), volant entre 240 et 320 km/h » et pouvant faire jusqu’à 96 km sur un seul trajet, selon Nikhil Goel, l’autre directeur des programmes d’aviation de Uber Elevate. Les engins d’Uber seront capables de voler à une altitude variant entre 300 et 600 mètres, ce qui devrait être suffisamment haut pour ne pas trop déranger le voisinage. En emmenant le transport urbain dans les airs, M. Goel, vise à améliorer radicalement la mobilité dans le monde. Si la technologie existe déjà pour pouvoir faire voler ce type d’engins, Jeff Holden estime que les obstacles seront davantage dus à la réglementation de l’espace aérien.

En France, une nouvelle loi visant à encadrer l’usage de drones et d’aéronefs en milieu urbain vient d’être adoptée par le parlement et entrera en vigueur durant l’été 2018. Outre les contraintes légales et la gêne sonore entraînées par ces engins, la question du coût d’un tel service fait également sens. La firme se montre confiante sur ce point. « Avec les progrès de l’innovation et de l’automatisation, nous pensons qu’il est possible de faire baisser les coûts pour les rendre équivalents au fait de posséder une voiture individuelle », a souligné M. Allison.

Uber unveiled its flying taxi prototype, which looks like a giant drone from CNBC.

Photo d’ouverture : © Uber Elevate

A lire aussi :

Previous post

Walt Disney World Resort investit dans l’énergie solaire

Next post

ComScore fait le point sur les usages numérique qui impactent le voyage en Europe

No Comment

Leave a reply

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *