Home»BUSINESS TRAVEL»Comment intégrer le prédictif dans sa politique voyage?

Comment intégrer le prédictif dans sa politique voyage?

La plupart des TMC propose des services de veille tarifaire : chaque jour les tarifs sont vérifiés manuellement dans les GDS et un rebooking est effectué si cela s’avère avantageux pour la société. Il s’agit cependant d’un processus manuel et elles doivent faire face à la réalité du marché : peu de billets d’avion peu chers (comprenez : en classe économie) sont annulables et/ou modifiables sans frais une fois émis. Le prédictif est bien plus prometteur. L’intelligence artificielle permet de prédire l’évolution du prix d’un billet d’avion et préconise le meilleur moment pour le réserver.

La technologie prédictive repose sur 3 éléments :

– Les algorithmes : on construit l’intelligence artificielle en utilisant des combinaisons d’algorithmes. Le prédictif s’appuie sur la notion de statistique et la probabilité. Différentes familles de théories statistiques vont être appliquées en fonction de l’information que l’on recherche.

– Les infrastructures techniques : l’intelligence artificielle s’éduque. Il faut tester, re-tester, tester encore… Même quand cela échoue, le système apprend des choses. Cela crée un arbre avec de nombreuses ramifications. D’où l’importance de l’infrastructure informatique. Aujourd’hui, si l’on cumule la capacité de stockage (serveurs) et la capacité de calcul, pour 20 000 dollars par mois on peut se lancer, là où ces coûts atteignaient 200 000 et 300 000 dollars il y a encore cinq ans.

– La donnée : FLYR se focalise sur le billet d’avion, le prix et la disponibilité et va chercher à s’appuyer sur les données qui vont faire évoluer le prix du billet d’avion. Information sur la date de départ, délai entre départ et réservation, capacité de l’avion/nombre de sièges disponibles par classe à un instant T, tout est pris en compte. Ces critères vont être plus ou moins important sen fonction de l’algorithme qu’on sélectionne pour effectuer les calculs.
« La puissance de calcul est extrêmement forte, et s’opère au niveau de chaque vol. Plusieurs millions de calculs sont effectuées en l’espace de 200 milli secondes », explique Alexandre Migan, General Manager EMEA de FLYR.

L’intégration du prédictif dans sa politique voyage

Pour intégrer le prédictif dans leur politique voyage, les acheteurs doivent définir le problème qu’ils souhaitent résoudre. Bien construire son business case est primordial. Il faut être clair sur les problématiques métier et sur les questions auxquelles ils veulent répondre. L’intelligence artificielle est un outil. S’il est mal utilisé, les résultats ne seront pas au rendez-vous.

Une fois qu’ils ont clarifié les problèmes, la deuxième phase est la validation du business case : FLYR met à disposition du client les données et les algorithmes qui travaillent pendant plusieurs semaines ou plusieurs mois en fonction du niveau de détails souhaité. Alexandre Migan précise : « Nous sommes capables de simuler en temps réel les économies réalisées. Pour l’acheteur, le bénéfice est immédiat : il comprend, chiffres à l’appui, sur quels leviers il doit concentrer ses efforts ». FLYR étudie également les modalités d’intégration dans les workflows métier du client. Les règles de décision propres à chaque entreprise représentent un des plus gros challenges à la mise en place de la technologie prédictive selon lui. La technologie est capable de dire à quel moment il faut faire l’achat et l’économie qui va être réalisée. « Nous trouvons les meilleures offres à l’instant T et préconisons au voyageur ou à la personne effectuant la réservation de réserver immédiatement ou de patienter. Nous cherchons à créer des briques technologiques qui puissent être utilisées par chacun des acteurs du voyage d’affaires : TMC, OBT, sociétés en direct… », continue le General Manager EMEA de FLYR.

Quelques chiffres clés :

  • 9 mois : FLYR est capable de faire des prédictions tarifaires à 9 mois, à 2 ou 3 euros près.
  • 50% : c’est la probabilité de réaliser des économies. Dans environ 50% des cas, FLYR recommande de réserver immédiatement. Dans l’autre moitié des cas, FLYR recommande de patienter car une baisse du prix est prédite.
  • 10,5 dollars : c’est le montant moyen d’économies réalisées par segment sur 100% des billets traités par FLYR, représentant une économie de 2,6% sur le montant brut de la réservation.
  • Entre 7 et 8 semaines : c’est le temps nécessaire pour réaliser des prédictions tarifaires sur une nouvelle route aérienne sur laquelle il n’y a aucune donnée de départ.
  • Quelques heures : c’est le temps nécessaire aux algorithmes pour s’adapter en cas de phénomène naturel par exemple.

Previous post

Qu’attendent les voyageurs français d’une appli mobile lors d’un voyage en train ?

Next post

Comment intégrer la Blockchain dans le Tourisme?

No Comment

Leave a reply

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *