Home»DATA»Le potentiel de l’intelligence artificielle dans le tracking de bagages

Le potentiel de l’intelligence artificielle dans le tracking de bagages

A l’approche de la mise en vigueur de la résolution 753 par IATA, SITA publie un rapport dans lequel elle explique comment l’IA permettrait d’optimiser le traçage des bagages dans l’aérien.

Alors que la résolution 753 d’IATA, qui impose aux compagnies aériennes de traquer l’ensemble du parcours des bagages des voyageurs, entrera en vigueur au mois de juin 2018, SITA y voit une nouvelle source de données exploitables pour optimiser l’expérience voyageur. La société vient de publier un rapport dans lequel elle explique comment, grâce à des outils de machine learning et d’analyse prédictive, l’IA permettrait d’optimiser le processus de tracking des bagages.

Baptisé Intelligent Tracking : A bagage management revolution, le rapport partage une vision de SITA dans laquelle des supports et applications intelligents et interconnectés s’informent mutuellement des mouvements de bagages, sans intervention humaine. Un processus automatisé, permettant de réduire considérablement les marges d’erreur. L’idée partagée par SITA étant d’exploiter le potentiel de l’intelligence artificielle pour optimiser les processus existants.

Sur la dernière décennie, l’exploitation des nouvelles technologies a permis à l’industrie des transports aériens de réduire le coût lié à la mauvaise manipulation de bagages de 50 %. Le coût de cette gestion perfectible est passé de 4,2 millions de dollars à 2,1 millions de dollars. L’objectif de la résolution 753 d’IATA est de réduire encore plus ce coût. C’est également une opportunité d’améliorer l’expérience voyageur en montrant comment les compagnies aériennes prennent leur responsabilité et développent des solutions pour mettre fin à la mauvaise gestion des bagages.

Des systèmes de traitement vidéo pour pallier la marge d’erreur du RFID

Qui dit tracking de bagages, dit balises RFID. La majorité des aéroports et compagnies aériennes emploient cette technologie pour optimiser le traçage des bagages. Faciles à implémenter et avec un coût abordable, les balises RFID constituent jusqu’à présent le moyen le plus fiable pour avoir un identifiant unique pour chaque bagage en transit.

L’aéroport international de Hong Kong (HKIA) est le premier aéroport au monde à avoir intégré la technologie RFID dans son système de gestion des bagages en 2008. Mais aussi le premier à avoir développé des scanneurs RFID pour les intégrer dans son infrastructure mécanique de gestion des bagages, permettant d’être automatiquement notifié des mouvements de chaque valise.

Dans le rapport SITA, Chris Au Young, Manager Général Smart Airport, Airport Authority Hong Kong, prend la parole pour revenir sur les progrès faits en matière de tracking de bagages. Le manager explique en quoi l’IA permettrait d’optimiser le processus de traque des bagages : « Aujourd’hui nos balises RFID enregistrent un taux de lecture proche de 99 %, contre 80 % pour les codes-barres traditionnels utilisés auparavant. Cela permet d’optimiser l’expérience voyageur et d’augmenter leur confiance accordée à HKIA ». Les voyageurs en transit à HKIA sont également notifiés sur leur smartphone des mouvements de leur bagage. Ils peuvent ainsi profiter de leur temps, plutôt que de faire la queue devant le service des réclamations, lorsqu’une valise n’est pas arrivée à l’heure par exemple. Du côté de l’utilisation de l’IA, HKIA déclare avoir développé un système intelligent de gestion des chariots à bagages, basé sur le machine learning et des logiciels de traitement d’images intégrés aux caméras de vidéosurveillance. Encore en phase de test, le dispositif a été capable d’atteindre 92 % de précision. En l’adoptant, cela permettrait à terme de se passer du contrôle manuel des chariots. « Grâce à des systèmes de vidéosurveillance basés sur l’IA, nous serons capables de traquer avec une parfaite précision les déplacements des chariots à bagages, depuis l’avion jusqu’au hall de bagages. Les opportunités liées à l’IA sont nombreuses et permettront de fournir une information plus précise aux voyageurs, dans le but d’optimiser leur expérience », explique Chris Au Young.

Photo d’ouverture : © Francesco Patrinostro

Previous post

Atout France lance une exposition itinérante mêlant photographie et réalité augmentée

Next post

Comment exploiter les données dans le Tourisme ?

No Comment

Leave a reply

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *