Home»BUSINESS TRAVEL»CWT Digital Campus : « jusqu’à 2% d’économies sur le voyage d’affaires grâce au prédictif »

CWT Digital Campus : « jusqu’à 2% d’économies sur le voyage d’affaires grâce au prédictif »

Pour conclure le CWT Digital Campus, Patrice Simon, CTO de CWT en visioconférence depuis Minneapolis et Régis Pezous, Responsable Produit de CWT (présent sur scène), ont présenté la stratégie de développement technologique adoptée par CWT. L’IA, le prédictif et la Blockchain constituent les sujets principaux en cours de développement en collaboration avec un écosystème de startups.

« Chez CWT nous travaillons actuellement sur 3 grands axes de développement technologique. L’optimisation de l’expérience client constitue une première thématique importante pour nous. Pour cela, nous comptons sur l’exploitation de l’IA, au développement de services de messaging — s’inspirant du modèle chinois avec WeChat notamment — mais aussi sur l’instauration de nouveaux moyens de paiements, plus flexibles, comme les cartes et porte-monnaie virtuels. Le thème numéro deux, c’est la data. Notre objectif est d’être capable de fournir à nos clients de l’optimisation en temps réel, sur les tarifs aériens et hôteliers notamment. Des startups comme Yapta et FLYR se sont spécialisées dans ce domaine, et leurs services seront bientôt intégrés à notre plateforme en Europe. Le troisième axe de développement chez CWT est lié à l’exploitation des objets connectés pour développer de nouveaux services en mobilité pour le voyageur d’affaires, mais aussi d’imaginer comment tirer profit des nouvelles bases de données décentralisées, qu’on appelle Blockchain. Ces deux sujet constituent les points à développer pour imaginer le voyage d’affaires de demain », a expliqué Patrice Simon, CTO de CWT, en visioconférence depuis Minneapolis pour clôturer cette édition du CWT Digital.

Pour mener ces différents projets de développement, les équipes travaillent en collaboration avec l’univers des startups au travers de leurs partenariats avec deux incubateurs : le Plug and Play à San Francisco et le Welcome City Lab à Paris. L’objectif ? Créer un écosystème plus agile pour développer et tester des POC rapidement. Le CTO a également insisté sur les progrès réalisés par CWT en matière d’analyse de données. En 2017, la collaboration avec la startup Yapta a permis à CWT de faire économiser 40 millions de dollars à ses clients basés aux États-Unis. « En 2018, nous visons 100 millions de dollars d’économies. L’objectif à terme? 250 millions de dollars », a précisé Patrice Simon.

« Price-tracker » : Yapta et FLYR bientôt déployés en Europe

À la suite de la présentation de Patrice Simon, Régis Pezous, a pris la parole sur scène pour illustrer à l’aide de cas concrets, comment les partenariats initiés avec des startups comme Yapta et FLYR permettent à CWT de proposer à ses clients des fonctionnalités prédictives de « Price-tracking », en vue de réaliser des économies sur leurs dépenses dans l’aérien et l’hôtelier. « Grâce à notre partenariat avec Yapta, nous avons proposé l’outil Price Tracker à nos clients. Le principe est simple. Une fois que vous réservez un voyage, que ce soit un billet d’avion ou une chambre d’hôtel, nous nous chargeons de monitorer le prix grâce à l’API développée par Yapta qui repose sur de l’intelligence artificielle prédictive. Si le prix augmente ou reste identique, nous le gardons en l’état. Par contre s’il est amené à baisser, Yapta nous alerte pour que nous puissions l’optimiser. Par exemple si le tarif baisse de 250 $, ce qui arrive plus souvent que l’on ne croit, et que les frais de changement de billet sont de 80 $, nos équipes CWT vérifient qu’il n’y a pas eu d’évolution du prix entre temps, et convertissent le billet », a expliqué Régis Pezou.

Grâce à sa collaboration avec Yapta aux États-Unis, CWT déclare convertir en moyenne 65 % des billets de ses clients sur l’aérien. Régis Pezous s’est ainsi montré rassurant auprès de l’auditoire en annonçant le développement du service dans les prochains mois sur le vieux continent. « L’importation du service de Yapta a été compliquée. D’une part à cause de contraintes technologiques, d’une autre part pour des questions de connaissances. Il est plus difficile d’envoyer une alerte qui a du sens que de simplement monitorer un prix. Or actuellement, les conditions et contraintes de modification d’une réservation dans les GDS, que ce soit pour de l’hôtelier ou de l’aérien, ne sont pas toujours claires et structurées », s’est justifié Régis Pezous. Pour souligner l’avantage de cet outil de price tracking, Régis Pezous s’est appuyé sur les résultats obtenus aux États-Unis. La solution permet en moyenne aux clients CWT d’économiser 1,8 à 2 % sur leurs postes de dépenses voyages. Elle sera intégrée à Amadeus et Sabre en mars et implémentée à Travelport en mai.

Le prédictif au service de l’optimisation des dépenses

La prochaine étape pour CWT est d’être capable d’optimiser les dépenses de ses clients avant même qu’ils effectuent leurs réservations. « Nous travaillons également avec FLYR, startup basée aux États-Unis, pour aller encore plus loin dans l’optimisation des dépenses liées au voyage. Avant même d’être bookée, nous envoyons la réservation à FLYR, qui dans à peu près des 30 % des cas est capable de savoir si le prix va baisser », a expliqué Régis Pezous. CWT informe alors son client et lui propose deux choix : réserver le billet ou procéder à un monitoring pour tenter de trouver un billet moins cher les jours suivants. Si le voyageur est flexible dans ses dates, il choisira la deuxième option. Et dans l’éventualité où le voyage ne peut absolument pas être déplacé, CWT réserve directement le premier billet. Là encore, les résultats permettent aux clients CWT de réaliser entre 1 et 2 % d’économie en moyenne. En combinant l’offre de Yapta et FLYR, CWT espère faire encore augmenter les économies réalisées par ses clients. Le déploiement des services de FLYR en Europe n’a cependant pas été communiqué lors de la conférence. Mais Régis a confié à TOM que l’intégration du service doit s’effectuer courant 2018.

Photo d’ouverture : © Tim Mossholder

À lire aussi :

Previous post

American Express et BizMeeting développent un outil de gestion des dépenses MICE

Next post

MagicStay distribue désormais les appartements onefinestay

No Comment

Leave a reply

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *