Home»E-COMMERCE»Les tendances marketing et social media en 2018 (2ème partie)

Les tendances marketing et social media en 2018 (2ème partie)

Kantar Media, agence de communication spécialisée dans le digital et les réseaux sociaux, vient de publier une étude sur les tendances social media en 2018. On y apprend que si les nouvelles technologies viennent modifier les usages sur les réseaux sociaux, le contenu marketing, lui, investit de nouveaux supports. Voici la seconde partie de l’étude.

Après avoir expliqué que le contenu reste au centre des stratégies des marques, évoqué l’impact de l’intelligence artificielle ainsi que l’adoption de masse de la VR, l’AR et la MR, parlé des réseaux sociaux qui se lancent à l’assaut de la télévision et de la publicité sociale, Kantar Media se penche sur le marketing d’influence.

Tendance n°6 : le marketing d’influence a atteint sa maturité

L’étude rappelle que dans le domaine du marketing d’influence, la Chine a toujours joué un rôle de précurseur. Les « Key Opinion Leaders » (ou KOLs) jouent un rôle important dans la notoriété des marques. Mais ils ne sont plus les seuls sur le terrain. Le contenu est aussi créé par des micro-influenceurs, des non-professionnels. Une nécessité, quand l’on sait que beaucoup d’internautes utilisent un bloqueur de publicités.

Kantar Media donne ensuite quelques conseils aux marques voulant se lancer dans l’influence marketing. Les influenceurs peuvent être considérés comme des journalistes, à condition que les informations et produits qui leur sont envoyés correspondent à leurs intérêts. Le guest blogging, lorsqu’une personnalité diffuse son contenu sur la plateforme d’une marque, est perçu comme moins authentique que le takeover, lorsqu’une personnalité s’empare du compte d’une marque. Le contenu sponsorisé donne ses fruits, à condition d’être transparent. Les codes promos mis en avant par les influenceurs permettent d’avoir des chiffres concrets sur la performance. Quant aux concours, ils restent un bon moyen de développer son audience et de traquer chaque action des participants. Les évènements et la co-création sont aussi des opportunités pour faire rayonner sa marque selon l’étude.

Tendance n°7 : la vidéo reste le format star

Les réseaux sociaux favorisent le contenu vidéo car c’est le format qui génère le plus d’engagement. « Facebook affirme même qu’il devrait passer au “tout video” ou “video-only” dans 5 ans », écrit Kantar Media. Cela ne veut pas dire que les marques ne doivent publier que des vidéos, mais il faut qu’elles trouvent le bon mix entre les formats. Les assistants vocaux et les objets connectés sont autant de nouveaux supports qui représentent de grandes opportunités pour les marques. C’est du contenu audio qu’elles vont devoir développer désormais. En plus de la vidéo et de l’audio, les marques peuvent aussi miser sur le contenu interactif, tels que le .gif, qu’il soit humoristique ou artistique (comme les cinemagraph).

Tendance n° 8 : les jeunes générations sont soucieuses de leurs données

« Si vous pensiez que les médias sociaux annonçaient la fin de la vie privée, vous allez être surpris : les plus jeunes issus de la génération Z expriment le plus fort désir de protéger leurs données personnelles ! », peut-on lire dans l’étude pour illustrer cette tendance. Navigation cachée, faux compte sur les réseaux sociaux, les jeunes générations ne veulent pas qu’on les tracke. Kantar Media cite le chercheur hollandais Tijman Shep qui craint l’arrivée d’une nouvelle maladie du siècle : le social cooling, caractérisée par une vive préoccupation de ce que l’on peut publier sur les réseaux sociaux. Dans ces conditions, « la propension à nous auto-censurer de manière excessive, le conformisme, la peur du risque et la rigidité sociale augmentent », continue l’étude. Si le public est de plus en plus connecté, il est aussi de plus en plus méfiant. Le RGPD, règlement européen sur la protection des données, qui entrera en vigueur en mai prochain devrait aller dans leur sens. Pour les marques, cela veut dire qu’elles devront être davantage vigilantes quant à la collecte et à l’utilisation des données pour gagner la confiance de ces nouvelles générations.

Tendance n°9 : les fake news

Les médias sociaux ont été affaiblis par la propagation des fake news. Ils n’inspirent plus vraiment confiance pour se tenir au courant. Facebook lutte actuellement contre ce phénomène en rendant plus difficile l’achat de publicité pour ceux qui postent des fausses informations. Mark Zuckerberg compte également recruter de nombreux modérateurs de contenu supplémentaire.

Tendance n°10 : quand la Chine inspire l’Occident

Selon Kantar Media, la convergence des médias sociaux et de l’expérience utilisateur a atteint un niveau de perfection avec les médias sociaux chinois. L’agence donne l’exemple de WeChat, qui est un modèle d’interaction entre les marques et les utilisateurs. Programme de fidélité, relation client, tout se fait depuis la plateforme. L’application est aussi très utile pour générer des ventes et pousse l’expérience de shopping plus loin. Il est par exemple possible d’acheter les vêtements que porte son bloggeur préféré en visualisant un streaming vidéo.  « L’expérience de consommation du contenu devient donc aussi importante que le contenu lui-même. », lit-on dans l’étude.

Dans cette volonté d’améliorer l’expérience utilisateur, certains médias sociaux misent sur le partage cross-plateforme. Mais comme l’explique Kantar Media, les réseaux sociaux occidentaux reposent en général sur une architecture « distribuée ». Les applications existent de manière indépendante. En Chine, le modèle est davantage « intégré ». Tout est accessible sur quelques applications qui centralisent tout. WeChat est bien loin devant Facebook en termes d’intégration. Un modèle dont les Occidentaux devraient s’inspirer selon l’étude.

Vous avez raté la première partie de l’étude? C’est par ici

Photo d’ouverture : NordWood Themes

Previous post

MisterFly lance un outil de déstockage de billets d’avion

Next post

Créer une vision du futur du Travel Management : le projet de IATA

2 Comments

  1. […] seules à qui l’on demande de faire mousser la notoriété des marques et la vente des produits. (2) Selon Fadhila Brahimi  de Digital Branding&Executive Coaching : « Depuis 2 ans, les […]

  2. […] seules à qui l’on demande de faire mousser la notoriété des marques et la vente des produits. (2) Selon Fadhila Brahimi  de Digital Branding&Executive Coaching : « Depuis 2 ans, les […]

Leave a reply

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *