Home»MARKETING»Pourquoi la mise à jour Google Arts & Culture devrait inspirer les musées

Pourquoi la mise à jour Google Arts & Culture devrait inspirer les musées

Google Arts & Culture trouve le sosie artistique de son utilisateur

La dernière mise à jour de l’application Google Arts & Culture permet aux utilisateurs de trouver leur « sosie artistique » affiché dans un musée.

À celles et ceux qui ont un jour souhaité voir leur visage sur une œuvre d’art, Google exauce désormais leur désir. Avec la dernière mise à jour de son application (Android/iOS) Google Arts & Culture, la firme de Mountain View a intégré une fonctionnalité qui scanne le visage de l’utilisateur pour retrouver son « sosie artistique ». Autrement dit, l’algorithme de reconnaissance faciale de Google analyse les traits du visage de l’utilisateur pour en tirer une empreinte faciale unique, avant de chercher le portrait affiché dans un musée qui y ressemble le plus dans sa base de données de 70 000 œuvres d’art. Baptisée « Is your portait in a museum? » (« Votre portrait se trouve-t-il dans un musée ? »), la fonctionnalité figure parmi les plus téléchargées aux États-Unis, d’après Le Figaro. La ressemblance n’étant pas toujours parfaite, la fonctionnalité calcule automatiquement un pourcentage de ressemblance pour chaque « match » (correspondance) proposé. En légende, l’utilisateur découvre les noms de l’œuvre et de son peintre, ainsi que le musée dans lequel est affiché le portrait.

Google Arts & Culture trouve le sosie artistique de son utilisateur
© Naurthon

La culture du selfie, un axe de développement pour les musées ? 

À l’ère du smartphone et des selfies, ce type d’expérience est un moyen ingénieux de proposer un accès différent à l’offre culturelle. Si la mise à jour n’est pas encore disponible en Europe, la fonctionnalité qu’elle intègre est une source d’inspiration pour les acteurs du tourisme culturel. Ce type de contenu digital, à vocation ludique et interactive, est un excellent moyen de proposer un rapport nouveau à l’offre culturelle. Une expérience digitale qui attirera sans nul doute les touristes et visiteurs de la génération Y ou plus largement tous les adeptes du selfie. D’autant plus que ce type de contenu peut facilement devenir viral. Bien que les utilisateurs apprécient de trouver leur « sosie artistique », il est très probable qu’ils aiment encore plus partager leur trouvaille avec leur entourage.

 

Si l’expérience ne pousse pas systématiquement les utilisateurs à passer les portes du musée dans lequel se trouve leur sosie, elle devrait tout du moins donner lieu à des échanges sur les réseaux sociaux. Les musées, de plus en plus ouverts au digital, qui proposeront ce type de contenu interactifs pourraient bénéficier d’une valeur ajoutée indéniable auprès des jeunes générations. Que ce soit via Snapchat, Instagram, Twitter ou encore Facebook, les publications générées auront au moins le mérite d’accroître la notoriété des œuvres d’art et leurs auteurs, plus ou moins célèbres. Une manière ludique d’intéresser un nouveau public à l’offre culturelle des musées grâce au digital.

 

A lire aussi :

Previous post

TOTEC 2017 : Comment sécuriser les données au sein du service client?

Next post

Comment Récréatio accompagne les porteurs de projets dans le Tourisme

No Comment

Leave a reply

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *