Home»BUSINESS TRAVEL»Virgin Hyperloop One a déjà développé une application pour ses (futurs) usagers

Virgin Hyperloop One a déjà développé une application pour ses (futurs) usagers

Virgin Hyperloop One a profité du CES 2018 pour présenter son application-concept, développée en partenariat avec Here Technologies. Son lancement est prévu en 2018 quand le lancement de ce train supersonique, lui, n’est pas encore prévu.

Certains appelleront ça « mettre la charrue avant les bœufs »… Alors même qu’elle est à des kilomètres d’atteindre la vitesse exceptionnelle de 1 220 km/h, annoncée à l’initiative du projet Hyperloop, la société Virgin Hyperloop One a annoncé sur son site avoir développé une application à destination des futurs usagers du train supersonique. Pour rappel, le dernier test effectué par l’entreprise en décembre 2017 a permis au moyen de transports du futur d’atteindre 387 km/h, son record de vitesse. C’est plus que la vitesse des TGV, d’environs 320 km/h, mais loin d’être suffisant pour relier San Francisco à Los Angeles en 35 minutes. Les équipes scientifiques du projet continuent donc à tenter d’améliorer les capacités techniques du nouveau mode de transports. Pendant ce temps, le pôle marketing en étroite collaboration avec Here Technologies, qui fournit des solutions cartographiques, a travaillé au développement d’une application qui donne naissance au premier écosystème digital gravitant autour du projet Hyperloop.

Répondre aux enjeux de la mobilité

Alors que la société a été la seule à construire un modèle d’Hyperloop opérationnel pour réaliser des tests de vitesse, elle imagine désormais comment le train supersonique pourrait s’intégrer dans l’écosystème des transports actuel. C’est là, tout l’enjeu de l’application, dont le développement a été confié à Here Technologies. Au travers de la solution, l’utilisateur pourra (évidemment) réserver une place à bord de l’Hyperloop de son choix, mais pas seulement. L’application propose également de comparer le mode de transport choisi par rapport à d’autres, un peu comme Google Maps. Petite nuance, l’application suggère le mode de transport le plus approprié à l’utilisateur sur la base de trois critères : le plus direct, le moins cher ou le plus écologique. L’Hyperloop n’est pas le seul moyen de transport proposé.

Hyperloop a déjà développé une application pour ses (futurs) usagers

Autre fonctionnalité proposée par l’interface : la gestion du dernier kilomètre. Pour éviter qu’un passager se retrouve dépourvu une fois arrivé en gare, Virgin Hyperloop One propose à ses usagers de réserver un Uber ou un Lyft pour parcourir les derniers kilomètres qui le séparent de son hôtel par exemple. La particularité réside également dans le fait que l’application fournit des cartes 3D en intérieur. L’opportunité pour l’usager de profiter d’un service GPS à l’intérieur des bâtiments tels que les gares ou les centres commerciaux par exemple pour faciliter ses déplacements. Au travers des différentes fonctionnalités imaginées, Virgin Hyperloop One et Here partagent la volonté de positionner leur interface comme la référence des applications multimodales, qui soit la plus en phase avec les enjeux de la mobilité.

Un pas de plus vers l’Hyperloop

Si elle a été présentée sous forme de concept à l’occasion du CES 2018, le grand public devra patienter quelques mois pour télécharger l’application. Sur son site, Hyperloop annonce la commercialisation dans le courant de l’année 2018. La solution devrait contribuer à proposer une expérience de voyage qui soit rapide et fluide, sans attente et sans accroc, de bout en bout. Telle est la vision de la mobilité partagée par les deux partenaires à l’origine de l’application. Alors que le projet Hyperloop fascine un grand nombre d’internautes depuis les premières annonces faites à son égard, cette annonce soulève quelques questions.

Si Virgin Hyperloop One déclare préparer le terrain pour intégrer son train supersonique au secteur des transports via son application, l’interface servira très certainement à récolter des datas d’usagers (potentiels) et à commencer à développer sa stratégie marketing autour de son mode de transport du futur. L’opportunité par exemple d’identifier les régions du monde dans lequel le projet a eu le plus de notoriété, en tenant compte des zones de géolocalisations d’où proviennent les téléchargements. Pour l’heure, la firme présidée par Richard Branson doit encore améliorer les performances de son train supersonique.

Crédits photos : © Hyperloop One

À lire aussi :

Previous post

Le Lapland Hotels Snowvillage plonge ses clients dans l’univers Game of Thrones

Next post

Amadeus développe un chatbot capable d’effectuer des transactions 

No Comment

Leave a reply

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *