Home»EVENEMENT»Totec 2017 : Eurotunnel explique sa stratégie de sécurisation du site

Totec 2017 : Eurotunnel explique sa stratégie de sécurisation du site

Totec2017_Eurotunnel_explique_strategie_securisation_site

A l’occasion du TOTEC 2017 dédié à la sécurité dans le Travel, Dominique Schmitlin, Directeur Sûreté Concession et Sécurité incendie des tunnels chez Eurotunnel, a présenté la stratégie de sécurisation du site déployée par le groupe.

La sécurité des transports est un enjeu quotidien pour les équipes en charge de la sûreté du groupe Eurotunnel sous la direction de Dominique Schmitlin. Pour cet ancien militaire, assurer la sécurité des 21 millions de passagers annuels du site est une question prise très au sérieux. « Bien que nous soyons un groupe privé, j’estime qu’il y a une notion forte de service public dans l’offre que nous déployons. De ce fait, assurer la sécurité des millions d’usagers de nos infrastructures, qu’ils soient automobilistes ou passagers de l’Eurostar, constitue un devoir que nos équipes s’évertuent à assurer au quotidien », a expliqué Dominique Schmitlin. Avec 650 hectares couverts par le terminal français et 50 km de tunnels à sécuriser, la mission représente un challenge de taille.

10 % du budget du groupe est alloué à la sécurité du site

Avec un budget alloué à la sécurisation du site oscillant entre 70 et 80 millions d’euros chaque année, Eurotunnel ne prend pas à la légère la question de la sûreté de ses infrastructures. « Le budget déployé pour assurer la sécurisation du site représente environ 10 % du prix du billet », a précisé l’ex-officier de gendarmerie nationale pour donner un ordre d’échelle. En 2016, le groupe a réalisé 1 milliard d’euros de CA, sa meilleure année.

Gérer la crise migratoire en luttant contre les intrusions sur site

Outre les investissements dans des moyens techniques et technologiques, le rôle des 300 agents de sûreté chargés d’assurer la sécurité du site au quotidien est primordial. En 2015, avec les 10 000 migrants de la jungle de Calais, le groupe a connu une année difficile, comptabilisant un nombre record d’intrusions et de morts sur le site. « Aujourd’hui, le problème de sûreté sur le site est maîtrisé. Bien que la problématique migratoire ne soit pas encore totalement réglée, nos équipes en collaboration avec les forces de gendarmerie nationale déployée en continu sont parvenues à rétablir l’ordre sur le site. Les investissements techniques et technologiques sur l’exploitation ont largement contribué à la tâche », a assuré Dominique Schmitlin.

Scanners, capteurs et drones de surveillance : la techno au service de la sécurité

Suite à la crise migratoire de 2015, Eurotunnel a renforcé son dispositif technique lié à la sécurité. L’entreprise a pu profiter des résultats positifs de l’année 2016 pour y parvenir. Pour protéger l’exploitation des intrusions, 30 km de barrières haute sécurité ont été déployées tout autour du site. « 600 caméras de surveillance inspectent le site en continu. En cas de détection d’une anomalie, nos drones de surveillance peuvent être déployés sur le terminal de Coquelles pour collecter un renseignement plus précis. Nous disposons également de moyens technologiques et techniques qui permettent de prévoir des intrusions sur site : des câbles de détection vibratoires enterrés aux abords des barrières de protection, un dispositif d’éclairage renforcé, ou encore, pour la partie transport de marchandises, des scanners de vans et de poids lourds capables de détecter le moindre mouvement à l’intérieur des véhicules », a expliqué Dominique Schmitlin.

Terminal_Coquelles_Eurotunnel_Pas_de_Calais
© Eurotunnel

En 2018, le groupe est fier d’équiper son site d’un scanner ferroviaire, un équipement rare et performant, capable d’inspecter de manière automatique chaque train de marchandises pour détecter la présence d’un intrus à bord. Un gain de temps considérable pour les forces douanières postées des deux côtés du tunnel. « Tous ces systèmes nous permettent d’assurer un niveau de sécurité optimal sur le site. Mais sans le travail de nos équipes de surveillance qui permettent de piloter les interventions sur le terrain, notamment de nos maîtres chiens et de l’escadron de gendarmerie nationale déployée en continu, l’efficacité du dispositif de sûreté serait largement inférieure », a précisé le responsable de la sécurité du groupe.

Assurer la sécurité des voyageurs

Si la lutte contre les intrusions, résultant en majeure partie de la crise migratoire, représente un problématique importante, les équipes sous l’aile de Dominique Schmitlin visent (évidemment) à assurer la sécurité des usagers du tunnel. « Chaque année, nous réalisons deux exercices de mise en situation pour préparer nos équipes en cas d’incident. Le premier constitue une simulation d’un accident ferroviaire, avec une intervention des équipes pour évacuer et mettre en sûreté les passagers dans un laps de temps limité. Le deuxième consiste à préparer nos équipes à collaborer avec les forces de l’ordre en cas d’attaque terroriste », souligne Dominique Schmitlin. Les touristes et les voyageurs d’affaires qui empruntent le tunnel sous la Manche peuvent être rassurés, Dominique Schmitlin a conclut son intervention en affirmant qu’Eurotunnel était le site privé le plus sécurisé d’Europe.

A lire aussi : Totec 2017 : comme les aéroports, les zones portuaires sont confrontées aux problématiques de sécurité

Previous post

Muriel Faure : « les acteurs publics du Tourisme doivent se constituer une culture économique »

Next post

Les chatbots ou la fin du marché du travail tel que nous le connaissons

No Comment

Leave a reply

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *