Home»BUSINESS TRAVEL»Les sites grand public sont-ils l’avenir du voyage d’affaires ?

Les sites grand public sont-ils l’avenir du voyage d’affaires ?

Voyages-sncf.com et le cabinet de conseil EPSA viennent de dévoiler une étude* intitulée « Les sites grand public sont-ils l’avenir du voyage d’affaires ? »**. Elle a été présentée hier dans les locaux de OUI Work.

Christophe Roth, Manager Consultant chez EPSA, a commencé par donner quelques chiffres. Il a notamment indiqué que les dépenses relatives au voyage d’affaires avaient augmenté ces dernières années. En 2018, ces dépenses devraient atteindre les 29 milliards d’euros en France. Une autre évolution a eu lieu et elle concerne l’intermédiation. En 2011, les réservations étaient effectuées principalement via une TMC. Aujourd’hui, 50% sont réalisées via une TMC et 50% sont réalisées en direct. « Cela révèle une vraie tendance de fond, celle de l’open-booking », a déclaré Christophe Roth.

Les voyageurs d’affaires sur les sites grand public

Jean-Baptiste Goujon, Directeur Commercial France de Voyages-sncf.com, a ensuite indiqué qu’environ 25% des réservations étaient effectuées par des professionnels sur le site de e-commerce.  Chez Airbnb, ce chiffre avoisine les 15%. « Ces sites répondent au besoin d’autonomie des voyageurs qui veulent aussi utiliser des acteurs de l’économie collaborative », a continué le Manager Consultant chez EPSA. L’étude révèle que 71% des voyageurs ont déjà réservé en dehors du canal imposé et 69% ont déjà trouvé des prix moins chers avec cette pratique.

Les besoins des voyageurs d’affaires

Autre tendance que Christophe Roth a soulevé, le fait que les voyageurs d’affaires aient les mêmes attentes que les voyageurs loisirs. Ils veulent du digital qui leur permet d’avoir de l’information en continu (retard ou annulation, météo, présence de collègues sur place). La personnalisation joue un rôle également important. Ils veulent que le contexte de leur déplacement soit pris en compte par exemple. 45% des voyageurs d’affaires interrogés voyagent 15 fois ou plus d’ans l’année. « Ils sont donc experts et savent ce qu’ils veulent », a-t-il précisé.

Aujourd’hui, le déplacement professionnel est davantage considéré comme une contrainte que comme une source de plaisir selon l’étude. C’est lors de la réservation que l’expérience est la plus mauvaise. « Le processus est souvent trop compliqué, il y a trop d’intermédiaires. C’est pourquoi il faut miser sur l’expérience et le confort », a poursuivi le Manager Consultant chez EPSA.

A la fin de la présentation, Christophe Roth a résumé les attentes des voyageurs d’affaires : ils veulent de l’autonomie, une réservation et un remboursement facilités, un service mobile, ils veulent choisir les sites et applications qu’ils souhaitent. En revanche, ils ne veulent pas avancer les frais.

La réponse de Voyages-sncf.com

Selon Jean-Baptiste Goujon, toutes ces considérations ont été prises en compte par Voyages-sncf.com. C’est pourquoi l’agence de voyage en ligne a récemment lancé V.Pro Entreprises (OUI Pro), un service gratuit destiné aux travel managers qui vient compléter l’offre V.Pro destinée aux voyageurs d’affaires. L’interface leur permet d’avoir accès aux informations relatives aux déplacements des collaborateurs. 1800 entreprises se sont inscrites depuis le lancement en septembre dernier. « A date, il n’est pas prévu que le service devienne payant », a précisé le Directeur Commercial France de Voyages-sncf.com.

*Etude réalisée auprès de 975 voyageurs professionnels

**Lors du Future of Business Travel 2017, évènement organisé par TOM, une table-ronde portait sur la même thématique

Previous post

La startup Karos signe un partenariat avec l’Ile de la Réunion

Next post

Jean-Pierre Mas sur les frais GDS : « Les compagnies mettent la charrue avant les bœufs »

No Comment

Leave a reply

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *