Home»ACTUS»Entretiens de Vixouze 2017: Comment les modes de loisirs vont-ils évoluer?

Entretiens de Vixouze 2017: Comment les modes de loisirs vont-ils évoluer?

Les 7 et 8 septembre s’est tenue la deuxième édition des Entretiens de Vixouze. Cet événement au coeur du Cantal rassemble de nombreux acteurs du Tourisme autour de l’innovation et du Tourisme du futur. Dans le cadre des Conférences des Imaginaires s’est tenue une conférence sur l’’évolution des modes de loisirs en 2050.

David Lebon, le Directeur du développement d’EuropaCity et Kristofer Moisan-Sellez, le Fondateur d’EasyLoisirs étaient les intervenants de la conférence intitulée « L’évolution des modes de loisirs en 2050 ». Selon les deux protagonistes, les conditions de l’attractivité du digital dans le loisir sont la fluidité, la rapidité, la possibilité de faire plusieurs choses à la fois et de « donner du sens » pour que le visiteur puisse ressentir de nouvelles choses. L’idée est donc de reproduire les capacités d’un smartphone en un parc physique et attractif. Le challenge actuel repose sur le fait que le loisir ne peut plus se contenter d’être mono-produit comme c’était le cas il y a quelques années. En effet, « dans le monde d’avant », selon David Lebon, les études de marché définissaient une cible pour un produit. Cependant, les consommateurs d’aujourd’hui recherchent plusieurs expériences, donc plusieurs produits pour un même lieu.

« Le loisir est le parent pauvre du travel »

Selon eux, l’attractivité d’un lieu repose sur son authenticité. L’enjeu est donc de créer une centralité urbaine, un lieu de vie où il n’y a pas exclusivement des touristes, comme ce sera le cas pour le futur parc de loisirs EuropaCity. Kristofer Moisan-Sellez a ajouté que le voyageur se déplace dans le but de vivre des expériences mais que selon lui, le loisir est mit au bout de la chaîne touristique alors qu’il devrait en être la priorité. Il a poursuivi sur le fait que l’objectif d’EasyLoisirs, dont il est le fondateur, est de proposer ce contenu manquant aux visiteurs. A l’ère de la réservation de voyage uniquement sur le Web, il réside encore un gros décalage entre cette première étape totalement digitalisée et l’étape de l’arrivée à la destination, où plus rien ne l’est. Il ajoute que « le loisir est le parent pauvre du travel ». L’idée d’EasyLoisirs est de pouvoir créer des parcours clients individualisés. Il a précisé que l’enjeu de la digitalisation pour un acteur du Tourisme Loisir est d’être capable d’adresser le bon contenu au bon moment à l’utilisateur et de faire des propositions réservables en temps réel.

Des lieux qui doivent être modulables

David Lebon a ajouté que des études ont été menées auprès des jeunes afin de prévoir les futures pratiques de loisir, dans le but de concevoir un lieu qui sera modulable en fonction des attentes et des années. L’enjeu est de savoir ce qui donnera aux consommateurs l’envie de sortir de chez eux lorsque l’on sera dans une société totalement digitalisée et automatisée. Enfin, il a conclu ses propos en expliquant que les parcs étant souvent soumis à la saisonnalité. C’est donc pour assurer un flux de manière continue qu’EuropaCity sera en partie indoor.

Previous post

Entretiens de Vixouze 2017: Comment le numérique peut-il compléter ou se substituer à l’offre culturelle?

Next post

HotelTonight recule son délai de réservation à 100 jours

No Comment

Leave a reply

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *