Home»START UP»SoBus veut devenir le site de référence pour l’achat de billets de bus

SoBus veut devenir le site de référence pour l’achat de billets de bus

sobus_veut_devenir_le_site_de_reference_pour_lachat_de_billets_de_bus
Matthieu Marquenet et Clément Hugon, Co-fondateurs de SoBus. © SoBus

Créée en 2016 par Matthieu Marquenet et Clément Hugon, la startup SoBus compare et vend des billets de bus en ligne. Son modèle de trajets multi-opérateurs s’inspire de Trainline, plateforme qui concentre déjà les offres pour les trains. Récemment installée à la Station F, l’équipe espère bien faire de la jeune-pousse le leader du voyage en autocars en France.

En 2016, après la Loi Macron, près de six millions de Français se sont déplacés en bus. Soit dix fois plus qu’il y a deux ans. De cette libération du marché de l’autocar s’est développée la startup SoBus, comparateur et vendeur de billets de bus en ligne. «Contrairement aux voyages en train ou en avion, la majorité des internautes ne sait pas sur quel site se rendre quant il s’agit d’acheter du bus. », explique Matthieu Marquenet, CEO de la jeune-pousse. De ce constat, l’objectif de SoBus est de proposer un comparateur, similaire à Captain Train (maintenant Trainline) en termes d’interface pour simplifier au maximum la recherche et l’expérience client.

La plateforme intègre ainsi un moteur de recherche qui permet de répondre à des trajets complexes, comme par exemple ceux de province à province : les offres des différentes compagnies de bus sont combinées pour proposer un itinéraire unique. De même, le navigateur indiquant les meilleurs prix, l’aller et le retour peuvent être parcourus sur deux compagnies distinctes. Depuis mars, SoBus intègre également la réservation directement sur son site, sans redirection vers les sites partenaires. « Notre volonté est de fournir un service complet avec la réservation en ligne. C’est un projet ambitieux, plus complexe que celui d’un simple comparateur. » Car les contraintes sont plus nombreuses : prix et disponibilités doivent être vérifiés, le suivi du client assuré… L’utilisateur n’a néanmoins aucun frais. Le modèle économique de la jeune pousse s’appuie sur une commission sur le prix des billets vendus.

visuel_SoBus
© SoBus.

Spécialiste dans les trajets en bus

Pour le moment, la startup reste spécialisée dans les trajets en bus. Elle affiche néanmoins les prix de billets en train pour informer l’utilisateur. Si la réservation est moins chère et plus rapide, elle renvoie vers le site concerné. Des offres BlablaCar sont aussi affichées, pour offrir un service supplémentaire pour les voyages où il existe peu de trafic en bus. « Nous ne sommes pas partisans du tout. Faire tout, ce n’est pas le faire bien. Nous avons déjà beaucoup d’enjeux auxquels répondre », explique le CEO. L’ambition est de devenir le site de référence pour acheter les billets de bus. Dans le reste du monde, selon Matthieu Marquenet, il est très rare d’avoir un maillage ferroviaire aussi complet qu’en France : « Ayant beaucoup voyagé, j’ai constaté que la problématique se concentre essentiellement vers le transport terrestre. L’autocar reste le moyen le plus pratique de se déplacer. Et sur ce marché mondial énorme, il n’existe pas encore de plateforme globale », développe-t-il.

Une levée de fonds d’un montant de 500 000 euros devrait être finalisée dès la rentrée, afin d’embaucher et de mettre en place des stratégies de communication. La startup espère bien arriver à conquérir le marché français d’ici fin 2018, avant de s’étendre en Europe — dont elle soumet déjà quelques offres. « Ce sont les acteurs plus locaux qui permettent de finaliser les trajets, ajoute-t-il. Nous couvrons globalement une grande partie du territoire, mais nous comptons intégrer cette dimension pendant l’hiver. Pour l’instant, nous nous concentrons sur les grandes lignes desservies par tous les opérateurs, prisées pendant l’été. »

SoBus vient par ailleurs d’intégrer les locaux de la Station F, ouverte ce juillet : « On dit que 90 % des problématiques d’une startup peuvent être résolues par les autres jeunes pousses présentes dans le même bâtiment, affirme Matthieu Marquenet. Dans ce lieu favorable à l’innovation, nous pourrons être inspirés par n’importe quelle entreprise, aussi différente qu’elle soit de la nôtre. »

Previous post

Emoovio et Transavia proposent 10 nouveaux city breaks mystères en Europe

Next post

Chez Delta, les empreintes digitales sont des cartes d'embarquement

1 Comment

  1. contact@airlikes.com'
    Eric
    25 juillet 2017 at 18 h 40 min — Répondre

    Il me semble qu’il existe déjà des plateformes comme Busbud qui ont une couverture mondiale et qui proposent la réservation des billets.

Leave a reply

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *