Home»DATA»WeChat, l’application qui cultive le tout-en-un

WeChat, l’application qui cultive le tout-en-un

WeChat_tout_en_un

L’application chinoise aux 760 millions d’utilisateurs dans le monde propose de payer, réserver, se renseigner, partager…sans même sortir de sa plateforme. De multiples options qui pourraient bien être des atouts pour les professionnels du Tourisme. D’autant que WeChat se lance à la conquête du marché européen. 

WeChat, application mobile développée par le géant chinois Tencent Holdings Limited, présente de nombreux avantages pour le secteur du Tourisme. Alors que la majorité des réseaux sociaux ont un modèle de communication spécifique, la plateforme est connectée à 85 000 autres applications, utilisées par 70% de ses utilisateurs au moins une fois par jour. Réseau préféré des Chinois, elle compte 760 millions d’utilisateurs dans le monde, dont 500 millions en Chine – Facebook Messenger en comparaison en compte un milliard, mais n’est pas disponible en Chine. Weixin, de son nom chinois, intègre ainsi de nombreuses fonctionnalités :

  • La fonction première de WeChat est celle d’un réseau social. Les utilisateurs peuvent suivre des comptes officiels, de particuliers ou de stars comme d’entreprises. Une notification est envoyée à chaque publication. Un système qui ressemble à celui proposé par Facebook. Seulement, ces comptes soumettent également des fonctions d’achat en ligne : la réservation d’hôtels, de billets d’avion ou d’autres services est accessible directement depuis WeChat. L’acheteur reçoit un QR code, qui sert de billet électronique ou de carte d’embarquement. L’OTA TongCheng, en collaboration avec l’application, intègre ainsi de nombreuses prestations touristiques sur la plateforme.
  • Une plateforme qui permet également d’inclure de nombreuses informations et outils bénéfiques aux acteurs du Tourisme : actualités de la marque, liste des activités proposées, audioguide, GPS, billetterie en ligne… Toutes les options sont regroupées en un même lieu, sur le compte du site touristique, par exemple. L’accès à des contenus supplémentaires lors de la visite d’une exposition ou d’un musée est facilité. L’application installe de cette façon de la proximité entre les marques et les consommateurs. Air France, par exemple, a ouvert un compte pour interagir avec ses prospects. À l’image des chatbots, WeChat facilite le service client.
  •  L’application intègre un système de paiement, WeChat Pay, qui permet d’effectuer des règlements directement depuis la plateforme. Les utilisateurs n’ont qu’à relier leur compte à leur carte bancaire et recharger leur portefeuille virtuel. Ils peuvent ainsi effectuer des achats et des virements, mais également payer leurs factures, partager des règlements à plusieurs ou faire des paris – le tout sans sortir de WeChat. Un avantage pour les marques, qui réduit les étapes entre leur annonce et l’achat.
  • WeChat développe ainsi le M-commerce. L’utilisateur, sur son smartphone et depuis l’application, peut acheter n’importe quel produit. S’il les utilise pour ses dépenses de restaurants, supermarchés ou shopping, il a également la possibilité de commander un taxi, de prendre rendez-vous chez le médecin, de réserver une place de cinéma… Les professionnels peuvent quant à eux, toujours sans quitter l’application mère, poser leurs vacances, gérer leurs notes de frais, envoyer des cartes de visites virtuelles…
  • Enfin, un système de traduction automatique des messages est disponible depuis la messagerie. Le principe est simple : l’interlocuteur est ajouté dans la liste de contacts. Chacun converse dans sa langue. Il suffit d’appuyer longuement sur le texte et de choisir l’option « traduire » pour obtenir une traduction. Un système qui facilite le travail des agents d’accueil, notamment.

Le tout, en un seul package

En réunissant plusieurs fonctionnalités des différents réseaux sociaux, WeChat cultive le tout-en-un. Les possibilités sont multipliées dans un usage simplifié, autant dans la vie personnelle que professionnelle. Plus tôt cette année, Facebook a déployé de nombreuses nouveautés pour sa plateforme Messenger, afin de rattraper l’application chinoise : de l’argent peut être envoyé, les appels vocaux sont gratuits… Mais Facebook est interdit en Chine.

De plus, WeChat surfe sur un phénomène : le déclin des App Store. En 2014, l’institut comScore avait calculé qu’aux Etats-Unis, 65,5% des utilisateurs de smartphone ne téléchargeaient aucune nouvelle application par mois, notamment à cause de mises à jour récurrentes et d’une capacité de stockage non extensible à l’infini. La plateforme utilise quant à elle des mini-programmes. Moins complets que les applications, ils permettent néanmoins un usage plus ponctuel, parfaitement adapté au secteur du Tourisme.

À la conquête de l’Europe

« Le Wifi est la porte d’entrée vers tous les voyageurs », déclarait au Nouvel Obs Alex Mecl, responsable du développement à l’international de WeChat. La marque vise l’Europe, en proposant aux aéroports des plateformes où le voyageur pourrait se connecter à des centaines de marques, faire des achats ou encore réserver son taxi via l’application. « [Les aéroports] sont des endroits clés, le point d’entrée et de sortie de millions de touristes, et ils représentent des grandes opportunités », souligne-t-il.

Les institutions culturelles sont également dans le viseur de l’entreprise. Le Louvre s’est par exemple doté d’un WeChat store, boutique en ligne qui permet aux clients de commander et de payer leur billet directement dans l’application, ainsi que d’obtenir plus d’informations sur les lieux. À l’avenir, le modèle innovant de WeChat pourrait donc se déplacer vers l’Ouest.

L’application tout-en-un présente donc un gros potentiel. Mais elle est surtout utilisée par les Chinois. Elle représente donc un vecteur de communication pour cette population en particulier. Selon une étude d’Alliance 46,2, le marché du tourisme chinois est estimé à 121 millions de visiteurs et 275,2 milliards d’euros dans le monde. Si l’Hexagone constitue la première destination en Europe de cette clientèle très prisée, l’application pourrait également être un facteur d’attraction supplémentaire. Un enjeu qu’a bien compris Europass. La startup fournit une plateforme mobile e-commerce sur WeChat aux visiteurs de l’Empire du milieu. Achat de tickets de métro, réservation du Paris museum Pass, réductions dans différents magasins, paiement en yuan, tous les outils sont mis en place pour simplifier au maximum leur séjour. Une solution susceptible d’aider la France d’atteindre son objectif: accueillir 5 millions de touristes chinois d’ici 2020. Si l’application arrive à convaincre la population européenne ainsi que les entreprises pour développer des services in-app, elle aura un intérêt encore plus grand pour les acteurs du Tourisme.

© Photo du slider : Flickr – Cheon Fong Liew

Previous post

Vueling équipe un Airbus A320 de casques de réalité virtuelle

Next post

Après la France, Visa et AirRefund conquièrent l'Europe

No Comment

Leave a reply

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *