Home»DATA»Salesforce : « IBM Watson va nous permettre d’aller plus vite »

Salesforce : « IBM Watson va nous permettre d’aller plus vite »

Il y a quelques jours, Salesforce, le spécialiste des solutions CRM intelligentes et IBM, spécialiste de l’informatique et de l’intelligence artificielle, annonçaient leur collaboration. Grâce au travail commun de leurs deux intelligences, Einstein et Watson, les entreprises peuvent désormais être plus efficaces en matière de marketing et améliorer leurs services. Pourquoi avoir noué ce partenariat ? Quelle est l’ambition de Salesforce ? Réponse avec Pascal Voirand, Regional VP partenariats pour l’Europe du Sud chez Salesforce.

pascal_voirand
Pascal Voirand, Regional VP partenariats pour l’Europe du Sud chez Salesforce.

Pourquoi avoir choisi de travailler avec IBM ?

Pascal Voirand : Salesforce est né du constat qu’il fallait mettre à disposition des entreprises des outils technologiques pour leur permettre d’être plus intelligentes. C’est pourquoi notre modèle repose sur le cloud, à la manière de Google ou Amazon. Cela nous permet de mettre à jour notre logiciel trois fois par an, en ajoutant toujours de nouvelles fonctionnalités. C’est la magie de l’abonnement et c’est ce qui nous permet d’être adoptés par tous les types d’entreprises, de la plus petite à la plus grosse. Ce partenariat s’inscrit donc dans cette volonté de rester innovant et compétitif en proposant toujours les technologies à la pointe du marché. L’avantage d’une technologie comme Watson d’IBM, c’est qu’elle est transversale et peut donc s’adapter à tous les secteurs. IBM apporte une vision métier quand nous apportons une vision client.

Votre intelligence artificielle, Einstein, n’était pas assez puissante ?

Bien sûr que si ! Mais la technologie bien rodée d’IBM Watson nous permet d’aller plus vite. C’est important, car la numérisation des entreprises de toute taille est devenue obligatoire. Cela me fait penser au livre de Jean-Louis Beffa, Président et Directeur Général de la compagnie de Saint-Gobain, intitulé Se transformer ou mourir. C’est tout à fait ça. Aujourd’hui, les entreprises doivent être agiles et penser comme des startups. Einstein et Watson sont complémentaires. Watson va chercher des informations externes, comme la météo ou des données liées à la santé, la finance ou la grande distribution. Einstein, quant à lui, utilise l’ensemble des données Salesforce issues des interactions sur les réseaux sociaux, des messageries ou des objets connectés par exemple. Plusieurs acquisitions nous ont permis de l’enrichir, comme le rachat de RelateIQ (analyse de données relationnelles, ndlr) ou de Metamind (spécialisée dans le deep learning, ndlr). Cela nous permet d’établir des profils de clients et de leur adresser des messages plus personnalisés. Je suis récemment tombé sur une phrase de Stephan Garandet, le Chief Digital Officer de L’Oréal, qui traduit bien le phénomène actuel : « Nous sommes en train de passer d’un marketing piloté par la créativité à un marketing piloté par les données ».

Pouvez-vous nous donner un exemple d’application dans le Tourisme ?

On peut imaginer par exemple que Salesforce aille chercher des informations relatives aux voyages d’une personne sur les réseaux sociaux. On pourrait par exemple savoir qu’elle s’est rendue en Asie il y a quelques années et qu’elle semblait satisfaite. Par contre, grâce à IBM, on apprend que c’est actuellement la saison des pluies et qu’elle est particulièrement violente. L’analyse de ces données permet de savoir que ce n’est pas le bon moment pour pousser une offre. En revanche, si cette personne semble intéressée par une autre destination et que justement la météo là-bas est clémente, c’est cette offre qui pourra être proposée. Il s’agit en fait de proposer quelque chose d’ultra personnalisé et pertinent.

Previous post

Les 3 axes de développement technologique de Carlson Wagonlit Travel

Next post

Baromètre du Tourisme loisirs - 1ère quinzaine de mars 2017

No Comment

Leave a reply

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *