Home»BUSINESS TRAVEL»Les 3 axes de développement technologique de Carlson Wagonlit Travel

Les 3 axes de développement technologique de Carlson Wagonlit Travel

Après la réorganisation de ses équipes de direction Groupe et la nomination d’Andrew Jordan, féru de technologies, au poste de Chief Technology Officer, Carlson Wagonlit Travel (CWT) continue d’insuffler un vent de digital au sein de ses rangs et de ses solutions. En décembre dernier, la société présentait sa stratégie CWT 3.0, moteur de sa digitalisation. L’occasion de faire le point avec Patrice Simon, Vice President & Chief Technology Officer Strategy and New Product Development sur les technologies sur lesquelles la société travaille ainsi que sur ses ambitions.

Patrice Simon, Vice President & Chief Technology Officer Strategy and New Product Development chez CWT

Quelles sont les technologies sur lesquelles CWT travaille actuellement ?

Patrice Simon : CWT a actuellement trois grands axes d’attaque. D’abord, la prise en compte de la « consumerisation » (phénomène qui voit les salariés préférer leur propre matériel informatique à celui mis à leur disposition sur leur lieu de travail, ndlr). Il s’agit d’agréger les plateformes ou technologies loisirs comme Uber, Airbnb, l’intelligence artificielle ou le machine learning dans le business travel. Nous allons travailler avec la startup Destygo (société permettant aux entreprises du Voyage de créer un assistant intelligent pour leurs voyageurs, ndlr) afin de mettre au point un bot qui répondrait aux questions des voyageurs d’affaires, tout en respectant la politique voyage. Un autre bot, cette fois sur WeChat, devrait être testé en mai. Il y a aussi de l’intelligence artificielle dans un autre outil que nous développons : l’envoi d’une réponse automatique lorsque l’on pose une question simple à un agent de voyage. Pour développer ce genre de technologies, nous travaillons avec des startups issues d’incubateurs partenaires comme Plug  and Play aux États-Unis et le Welcome City Lab à Paris et des « 3rd parties ». Dans ces domaines, nous ne développons rien nous-mêmes.

Notre deuxième axe d’attaque est la recherche de la proximité. Pour cela, nous travaillons sur l’Internet of Things et notamment sur les beacons qui ont des applications dans le B2B. Ce n’est pas une priorité pour tous nos clients mais certains y voient un intérêt. Par exemple, un de nos clients à Palo Alto teste actuellement les beacons pour le check-in automatique à l’hôtel.

Enfin, notre troisième axe d’attaque est la personnalisation grâce aux données. Nous cherchons à apporter de la valeur. Pour cela, nous utilisons aussi l’intelligence artificielle et le machine learning afin d’en apprendre plus le profil des voyageurs. Nous n’allons pas chercher d’informations personnelles, seulement les données de voyage dans un cadre professionnel. Par exemple, Dans CWT To Go, le voyageur pourra savoir si des collègues se rendent également dans la même destination, voire le même hôtel. Il pourra également visualiser leurs commentaires sur les établissements. En termes de respect de la vie privée, tous les pays sont différents. Mais il est vrai qu’aux Etats-Unis, la législation est peut-être un peu moins stricte.

Plusieurs services et outils sur lesquels nous travaillons devraient voir le jour fin 2017 ou début 2018.

La stratégie CWT 3.0 concernait surtout votre application mobile CWT To Go…

Oui, car il ne faut pas ignorer ce nouveau support. 95% des startups du dernier batch de Plug and Play développaient un service sur mobile. Pourtant aujourd’hui, dans le secteur B2B, le desktop est plus important en termes d’usages. Il y a donc beaucoup de choses à mettre en place. Les OBT notamment doivent être plus orientés voyageur.

Quelles sont les technologies émergentes qui impacteront le secteur ?

Si elle commence à faire son apparition, l’intelligence artificielle continue d’être une technologie émergente. Son champ d’étude, le machine learning, également. Cela permet d’être plus opérationnel. La Blockchain (technologie de stockage et de transmission d’informations transparente, sécurisée, et fonctionnant sans organe central de contrôle, ndlr) va aussi être importante dans les trois ans. Elle permettra de sécuriser les transactions ou le contrôle des passeports par exemple. Mais pour le moment, le secteur est encore trop immature. Quant au paiement mobile, il devrait aussi être davantage adopté dans les prochaines années, comme ce peut être le cas en Asie où l’on peut payer un food truck avec son compte WeChat.

Photo du slider : Fotolia – ivanko80

Previous post

Instagram, nouvel outil pour choisir sa destination

Next post

Salesforce : « IBM Watson va nous permettre d’aller plus vite »

No Comment

Leave a reply

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *