Home»MARKETING»Les musées français à la conquête des réseaux sociaux chinois

Les musées français à la conquête des réseaux sociaux chinois

musee_france_reseaux_sociaux

Alors que le monde entier célébrait ce week-end le nouvel an chinois  sous le signe du coq de feu, TOM a interviewé Pierre-Yves Lochon, gérant de la société Sinapses Conseils et fondateur-coordinateur du Club Innovation & Culture (CLIC France). Sa mission au sein de cette agence de conseils ? Accompagner les institutions muséales et patrimoniales françaises dans leur stratégie numérique, notamment sur les réseaux sociaux chinois, afin de les attirer dans nos établissements et institutions, même les moins connus. Parmi les dix premiers musées les plus influents sur les réseaux sociaux chinois, six sont français. Parmi eux, cinq travaillent avec l’agence.

Comment votre agence Sinapses Conseils travaille avec les musées français ?

J’ai crée Sinapses Conseils en 2005 après avoir travaillé 12 ans dans l’audiovisuel et effectué une césure de 6 mois en Chine pour le Ministère de la Culture. Au départ, l’agence accompagnait les institutions muséales et patrimoniales françaises dans leur réflexion, leur stratégie et leurs développements numériques. Ce fut le cas avec le Château de Versailles, le Musée d’Orsay ou le Palais des Beaux Arts de Lille. Depuis 2015, elle propose également de les accompagner sur les réseaux sociaux chinois. Nous travaillons actuellement avec le Louvre, le Musée d’Orsay, les 14 musées de la ville de Paris et le Musée de l’Armée sur ce segment. L’accompagnement porte sur trois éléments : la création de compte sur Weibo et WeChat, les deux réseaux sociaux les plus utilisés en Chine – il faut savoir que Facebook et Twitter sont interdits dans le pays – l’animation éditoriale de ces comptes et le développement de partenariat avec des professionnels culturels chinois pour augmenter le rayonnement des établissements.

Pourquoi est-ce important d’être présent sur ces réseaux sociaux pour attirer les touristes?

Nous assistons à une individualisation et une autonomisation du voyageur chinois. S’il faisait beaucoup de voyages organisés il y a quelques années, il part désormais seul. Il personnalise davantage son séjour et peut rester plus longtemps. Il faut donc chercher à l’attirer via ces supports. En Chine, il y a 740 millions d’internautes dont 700 millions de mobinautes. Weibo, c’est 282 millions d’utilisateurs actifs par mois et WheChat 848 millions d’utilisateurs actifs par mois. Ce sont donc des lieux privilégiés pour développer et faire rayonner sa marque. De plus, les Chinois sont francophiles, ils aiment tout ce qui a trait à l’art et au patrimoine de notre pays. Créer une communauté d’amis permet de faire immerger des ambassadeurs qui favoriseront également l’augmentation de la fréquentation des musées français. Le but est aussi de donner envie d’aller dans de plus petites institutions. La moitié des Chinois qui viennent à Paris vont au Louvre, mais d’autres lieux peuvent les intéresser.

Quelle est votre stratégie sur chacun des réseaux sociaux ?

Weibo est davantage un réseau d’informations, c’est un mélange de Facebook et de Twitter. WeChat est plus utilisé comme une messagerie instantanée. Il est aussi plus complet et peut-être considéré comme un mélange de Facebook, Twitter, WhatsApp, Paypal et Amazon car il donne la possibilité d’effectuer des achats.
Sur Weibo, nous postons 5 à 7 posts par semaine en chinois sur l’histoire du musée, ses collections ou ses coulisses. Il faut toujours chercher à raconter des histoires. L’avantage de Weibo est qu’il repose sur un système ouvert et les posts sont facilement disséminés sur Baidu (moteur de recherche chinois, ndlr). Je dirais que les posts qui fonctionnent le plus sont d’abord ceux avec des photos et du texte, puis ceux avec de la vidéo et enfin les posts d’autres utilisateurs. Nous nous mettons d’ailleurs de plus en plus aux vidéos, qu’elles soient tournées par nos soins ou par le musée. Pour vous donner une idée du succès de nos publications je peux vous donner des chiffres : notre publication sur Les navires dans les collections du Musée du Louvre a été vue 21 967 000 fois, « likée » 17 609 fois et commentée 744 fois sur Weibo. Un autre post sur l’anniversaire de Degas par le Musée d’Orsay a été vu plus de 21 767 000 fois.
Sur WeChat nous postons de manière hebdomadaire car il s’agit surtout de proposer du service. Nous avons surtout des chantiers sur ce réseau social. Cette année, nous allons donner la possibilité aux Chinois présents dans les musées de scanner un QR Code pour s’abonner au compte WeChat. Il faut savoir que contrairement en France, les Chinois adorent les QR Codes. Nous allons aussi tester le téléchargement des audioguides directement sur l’application chinoise avec le Musées d’Orsay et le Musée de l’Armée. D’ici juin, nous allons proposer la vente de billets. Sur WeChat, nous passons donc du contenu au service car ce sont les usages.

Post du Musée d’Orsay publié sur Weibo

Pouvez-vous nous en dire plus sur les partenariats que vous nouez ?

Nous nouons des partenariats avec des musées chinois pour relayer nos posts ou créer du contenu en commun. Nous avons un accord avec Weibo qui partage nos contenus sur des pages dédiées à l’art. Nous avons pu par exemple faire une visite live du Petit Palais. C’était une grande première pour un musée non chinois. Nous avons réitéré l’expérience avec le Musée d’Orsay et avons ainsi pu attirer entre 40 et 70 000 visiteurs pour les deux visites. Nous travaillons également avec des influenceurs. Lorsque nous pensons qu’un post peut les intéresser, nous les invitons à partager. Nous avons récemment invité un artiste contemporain chinois à partager ses coups de cœur parmi les œuvres d’un musée.

Quels sont vos projets pour l’année 2017 ?

Nous allons imaginer de nouveaux concepts d’expositions virtuelles pour permettre aux Chinois  d’accéder à des œuvres françaises de chez eux. Nous réfléchissons encore au support. Peut-être qu’il s’agira d’un site internet ou d’un dispositif numérique dans un espace culturel. Sachant qu’un musée ouvre toutes les semaines en Chine, il y a de belles opportunités de collaboration à saisir.

musee_weibo

 

Photo du slider : Fotolia- leungchopan

Previous post

Quelles tendances vont marquer le voyage en 2017 ?

Next post

Egome, l’application pour vivre une expérience personnalisée à l’hôtel

3 Comments

  1. 31 janvier 2017 at 10 h 38 min — Répondre

    […] Travel On Move  […]

  2. 31 janvier 2017 at 14 h 28 min — Répondre

    […] Travel On Move  […]

  3. 31 janvier 2017 at 18 h 17 min — Répondre

    […] Alors que le monde entier célébrait ce week-end le nouvel an chinois sous le signe du coq de feu, TOM a interviewé Pierre-Yves Lochon, gérant de la société Sinapses Conseils et fondateur-coordinateur du Club Innovation & Culture (CLIC France). Sa mission au sein de cette agence de conseils ? Accompagner les institutions muséales et patrimoniales françaises dans leur stratégie numérique, notamment sur les réseaux sociaux chinois, afin de les attirer dans nos établissements et institutions, même les moins connus. Parmi les dix premiers musées les plus influents sur les réseaux sociaux chinois, six sont français. Parmi eux, cinq travaillent avec l’agence.  […]

Leave a reply

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *