Home»BUSINESS TRAVEL»Egome, l’application pour vivre une expérience personnalisée à l’hôtel

Egome, l’application pour vivre une expérience personnalisée à l’hôtel

egome

La startup Egome a conçu une application dédiée aux voyageurs séjournant à l’hôtel. Elle leur propose de donner un maximum d’informations sur leurs goûts et habitudes afin que l’hôtelier puisse leur procurer la meilleure expérience de séjour.

Créée en 2015, la startup Egome est la contraction du mot « ego » et « me ». Un nom qui résume bien le principe de son application gratuite et en anglais : l’utilisateur donne des informations sur ses préférences de séjour et ses goûts et l’hôtelier choisit ou non de les satisfaire. Il a, bien sûr, tout intérêt à les prendre en compte afin de lui permettre de vivre une expérience plus personnalisée. Une fois que l’utilisateur a renseigné les informations qu’il souhaitait donner, elles sont envoyées à l’hôtelier à chaque fois qu’il séjourne dans un établissement à travers le monde, après qu’il ait notifié l’application de sa réservation. Elles peuvent concerner des intolérances alimentaires, une préférence de capsule Nespresso, le nombre de cintres, la température de la chambre ou encore une préférence sur la localisation de la chambre.

Même si l’hôtel n’est pas partenaire d’Egome ou n’a jamais entendu parler de la startup, il recevra tout de même un mail quelques jours avant la venue de l’utilisateur avec toutes ses préférences ainsi que son adresse mail, ce qui est très apprécié par les professionnels. Cet envoi de mail suppose une grande base de données. Ce sont les développeurs d’Egome qui se charge de l’enrichir en scrutant le Web à la recherche du contact du concierge ou du gérant d’hôtel. Les hôteliers n’ont donc, pour ainsi dire, rien à faire.

Des voyageurs d’affaires et des partenariats

L’application s’adresse davantage aux voyageurs d’affaires car elle suppose que l’utilisateur voyage beaucoup. Mais elle s’adresse aussi aux personnes exigeantes ou souhaitant retrouver ses habitudes à l’hôtel. Ce type de service très personnalisé existe déjà dans l’hôtellerie de luxe. C’est donc une cible privilégiée pour la startup. Mais son objectif est aussi de l’étendre pour que chacun puisse accéder à la meilleure expérience de séjour dans d’autres types d’établissements.

Si 1500 clients ont déjà profité des services de l’application dans 500 établissements, Egome ne compte pas s’arrêter là. Pour cela, elle noue des partenariats avec des hôteliers ou des entreprises qui poussent les clients ou les employés à télécharger l’application. La startup n’a donc pas de stratégie d’acquisition grand public, consciente que les budgets marketing seraient trop importants. Lorsqu’un partenariat est signé avec un établissement, celui peut accéder à la plateforme Egome, l’autre service que propose la startup. Sur cette plateforme, l’hôtelier  peut discuter avec ses clients via un tchat, lui pousser ses services (spa, menu du restaurant, etc) ou lui demander son avis. Cette plateforme, accessible via un abonnement mensuel sans engagement, a vocation à évoluer et à s’enrichir afin de devenir le lieu privilégie de la relation client.

Une ambition plus grande

La startup travaille bien sûr à l’amélioration de son application. Elle aimerait par exemple automatiser le process lorsqu’un voyageur d’affaires effectue une réservation. L’idéal serait que l’OBT ou le système de réservation soit connecté à l’application pour éviter que le voyageur d’affaires n’ait à se rendre sur Egome avant chaque séjour.

Mais l’ambition de la jeune pousse est bien plus grande. Si l’application concerne aujourd’hui le secteur de l’hôtellerie, elle pourrait très bien toucher celui de la restauration ou de l’aérien. « Tous les acteurs du Tourisme veulent proposer de meilleurs services et les clients sont de plus en plus exigeants », confirme Jean-Marie Dabbaghian, co-fondateur d’Egome. Il est possible que la startup contribue à la réflexion autour de cette base de données commune qui permettrait à tous les professionnels du secteur d’accéder à des informations sur les voyageurs pour personnaliser les services. On en est encore loin, mais ce principe qui pousse le voyageur lui-même à renseigner ses préférences pourrait favoriser le partage de données. C’est une hypothèse formulée par TOM, pas par la jeune pousse. Egome ne partage pas les informations des utilisateurs en dehors de l’établissement concerné.

Previous post

Les musées français à la conquête des réseaux sociaux chinois

Next post

Marketing mobile : le bilan 2016 et les tendances pour 2017

1 Comment

  1. […] Travel On Move  […]

Leave a reply

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *