Home»DATA»6 technologies qui marqueront l’année 2017 (1ère partie)

6 technologies qui marqueront l’année 2017 (1ère partie)

Sabre a récemment publié une étude intitulée « Emerging Technology in Travel – 2017 Report ». Dans ce rapport, le GDS liste 6 technologies qu’il faut connaître en 2017 et quels acteurs du Tourisme seront concernés par ces tendances. Une étude tellement riche en enseignements qu’il a fallu couper la liste en deux. Voici donc les trois premières technologies qui marqueront l’année 2017.

hololens
Le casque Hololens de Microsoft

La première technologie évoquée dans l’étude est la réalité augmentée. Selon Sabre, ce concept existe déjà depuis plusieurs années. Les guides audio viennent ajouter une couche d’information sur le monde physique et donc quelque part, il s’agit déjà de réalité augmentée. Lorsque, lors du bulletin météo, la carte et des effets sont ajoutés, il s’agit aussi de réalité augmentée. En pratique bien sûr, la technologie que l’on connaît d’aujourd’hui permet bien plus. L’ne des premières applications mobiles utilisant la réalité augmentée est Sky Map sortie en 2009 permettant de repérer les constellations dans le ciel.  « Une chouette application, mais qui n’avait rien de révolutionnaire », écrit Sabre. En 2015, une autre application s’est mise à utiliser la réalité augmentée d’une manière bien plus puissante : Google Translate. En pointant simplement son mobile vers un texte, l’appli est capable de le traduire dans une douzaine de langues différentes et en temps réel. « Une nouvelle manière d’interagir avec le monde », commente Sabre. Le succès de Pokemon Go pas plus tard que l’été dernier a montré l’engouement que la technologie pouvait susciter. Aujourd’hui, de nombreuses applications existent afin de délivrer des informations ou montrer à quoi ressemblaient certains lieux dans le passé.

La réalité augmentée existe aussi à travers des casques, comme ce fut le cas avec les Google Glass ou comme c’est le cas avec l’Hololens de Microsoft (considéré aussi comme un casque de réalité mixte) ou le Meta 2. Mais les secteurs qui l’utilisent le plus n’étaient pas forcément ceux auxquels on s’attendait : celui de la maintenance ou de la construction, par exemple. Quant aux interactions gestuelles et vocales, elles restent aujourd’hui limitées. Pour que la technologie trouve son public, il faudra qu’elle soit plus légère, moins chère et équipée d’une meilleure batterie.

Selon Sabre, la réalité augmentée peut être utilisée par les compagnies aériennes, notamment pour permettre aux pilotes de s’entraîner lors d’exercices de simulation. Certains casques sont déjà utilisés dans ce sens et lors d’opérations de maintenance. Plus tard, lorsqu’ils seront plus avancés, ces casques de réalité augmentée permettront au personnel d’exploitation d’accéder à plus d’informations.
La technologie peut aussi être utilisée par les hôteliers afin d’attirer les clients chez eux, en proposant du contenu virtuel exclusif comme des œuvres d’art dans le lobby par exemple. Le personnel peut aussi utiliser des casques pour être plus réactif.

2e technologie : l’automatisation

L’hôtel Henn-Na au Japon

La deuxième technologie à connaître est l’automatisation, développée par ce besoin d’avoir toujours plus en en faisant le moins. Les plus grands progrès de l’automatisation sont invisibles, intégrés dans des logiciels. Des bots sophistiqués automatisent certaines tâches digitales de la même manière que les robots ont automatisé les processus de fabrication. Selon Sabre il n’y a pas d’automatisation sans 5 éléments essentiels : des capteurs qui mesurent, la collecte de data, l’intelligence artificielle ou un algorithme de prise de décision pour comprendre la data, la possibilité d’agir et l’autorisation d’agir à la place de quelqu’un.

Si l’automatisation dans l’industrie est plus avancée que pour le grand public, les possibilités, grâce à une connexion Internet, sont nombreuses. L’étude explique par exemple que votre smartwatch peut mesurer votre sommeil et envoyer des signaux au thermostat pour ajuster la température et vous aider à mieux dormir, puis lancer la machine à café lorsqu’elle sent que vous allez vous réveiller. Aujourd’hui, de nombreux robots ne ressemblant pas forcément à des humains se multiplient dans notre quotidien afin de nous faciliter la vie. Sabre donne l’exemple de l’aspirateur Roomba qui se déplace tout seul ou du robot room service Relay de Savioke. D’autres, plus anthropomorphiques, sont plutôt utilisés dans l’accueil comme c’est le cas dans l’hôtellerie dans l’hôtel Henn-na au Japon ou du petit robot Nao chez Hilton. D’autres robots, pour garer sa voiture dans le parking d’un aéroport comme celui de Düsseldorf ou pour transporter les bagages voient également le jour. Dans quelques années, Sabre affirme qu’il n’y aura même plus besoin de robots puisque les voitures se gareront toutes seules et les bagages se déplaceront tous seuls. Ils seront devenus robots eux-mêmes.

L’automatisation invisible sous forme de bot prend de plus en plus d’importance. Dans le Tourisme, ces bots servent de compagnons de voyage. Lorsque vous recevez une confirmation de participation à un événement, ils peuvent automatiquement aller rechercher des billets d’avion et des chambres d’hôtel selon les autorisations que vous lui avez données. « La touche humaine est néanmoins essentielle pour des tâches plus complexes et pour de plus hauts niveaux d’interaction », explique l’étude. Des assistants tels qu’Alexa, Siri, Google Assistant et Cortana ne permettent pour le moment que d’obtenir des informations ou effectuer des tâches simples, mais cela devrait évoluer rapidement.

Les agences de voyage et OTA sont déjà touchées par l’automatisation à travers les algorithmes d’actualisation des prix ou pour trouver les meilleures offres. La prochaine étape sera de pouvoir mettre en place des itinéraires toujours plus compliqués. L’arrivée des bots leur permet aussi d’avoir une nouvelle interaction avec les clients et de favoriser l’engagement.

3e technologie : la localisation indoor

estimote
Beacons de la société Estimote

Troisième technologie mis en avant par Sabre : la localisation indoor qui permet de savoir comment les gens et les choses se meuvent dans l’espace afin de l’optimiser. Pour cela, de nombreuses données doivent être collectées et analysées. Plusieurs technologies permettent de localiser des personnes à l’intérieur : la localisation par proximité, fonctionnant la plupart du temps avec des appareils bluetooth qui permettent de déterminer qu’une personne se trouve dans une zone comme les beacons ; et la localisation plus précise qui est un mix de capteurs, d’informations émises par les caméras, par le Wi-Fi, l’emprunte magnétique et par les beacons. Pour indiquer à un voyageur où se rendre, une localisation approximative suffit. Lorsqu’un robot doit déplacer un objet, là, il faut être très précis.

Pour les compagnies aériennes, la localisation indoor permet de savoir où le personnel et les voyageurs se trouvent en temps réel. Cela permet de réguler le trafic et de mieux répartir le personnel. Les voyageurs peuvent ainsi être redirigés et recevoir des offres commerciales en fonction de leur positionnement. Les hôteliers peuvent faire la même chose, mais aussi savoir à quel moment nettoyer la chambre quand le client est sorti.

-To be continued –

Previous post

Net Managers’now: réflexions au Sommet pour les patrons du Tourisme

Next post

6 technologies qui marqueront l’année 2017 (2ème partie)

3 Comments

  1. […] Sabre a récemment publié une étude intitulée « Emerging Technology in Travel – 2017 Report ». Dans ce rapport, le GDS liste 6 technologies qu’il faut connaître en 2017 et quels acteurs du Tourisme seront concernés par ces tendances. Une étude tellement riche en enseignements qu’il a fallu couper la liste en deux. Voici donc les trois premières technologies qui marqueront l’année 2017.  […]

  2. 17 janvier 2017 at 15 h 26 min — Répondre

    […] De quoi parle-t-on ? 1. 6 technologies qui marqueront l’année 2017 (1ère partie) – TOM. […]

  3. […] article : http://www.tom.travel : Partie 1, Partie 2 Source photo : […]

Leave a reply

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *