Home»BUSINESS TRAVEL»Les solutions mobiles des startups au service du voyageur d’affaires

Les solutions mobiles des startups au service du voyageur d’affaires

startups_mobile

A l’occasion de l’évènement GBTA Europe qui s’est déroulé la semaine dernière à Francfort, une table ronde intitulée « Startup Roundup » a été l’occasion de revenir sur le marché des startups dans le Tourisme et le voyage d’affaires mais aussi sur certaines solutions mobiles qu’elles proposent pour augmenter la satisfaction en déplacement.

La conférence a débuté par une introduction de Charuta Fadnis, Senior Director, Research & Intelligence chez BCD Travel. Elle a rappelé qu’en 2016, l’écosystème des startups au niveau mondial avait moins levé de fonds qu’en 2015. Une différence qui s’explique par les montants vertigineux qu’ont pu lever Uber ou Blablacar l’an dernier et qui creuse un fossé avec l’année qui s’achève. En revanche, les « travel tech startups » connaissent elles un succès auprès des investisseurs. A travers le monde, les jeunes pousses du Tourisme qui ont levé le plus d’argent sont Airbnb (américaine), Oyo (indienne), Decolar.com (latino-américaine), Skyscanner (anglaise), Ibibo Group (indienne), Hotel Urbano (brésilienne), tujia (chinoise) ou encore Ly.com (chinoise). Du côté du Business Travel, ce sont les startups Baoku.com (chinoise), Expensify (américaine), Rocketrip (américaine) et Traxo (américaine) qui ont le plus attiré les investisseurs. Les startups du voyage d’affaires ne représentent que 7% de toutes les jeunes sociétés du Voyage créées depuis 2005.

Des startups complémentaires dans le mobile

Charuta Fadnis a ensuite présenté plusieurs startups œuvrant dans certains domaines liés au mobile. Selon elle, les entreprises du voyage d’affaires devraient s’en inspirer. La première catégorie de startups peut être présentée sous le nom de « Connected profile ». Aujourd’hui, un utilisateur a de nombreux comptes sur différents sites ou applications. L’enjeu est de savoir croiser ces informations pour délivrer une expérience la plus personnalisée possible. « Même un géant comme Amazon ne sait pas grand-chose sur nous. Ses recommandations sont basées sur les achats d’autres utilisateurs et non sur nos goûts. Il y a de grands progrès à faire de ce côté-là », a-t-elle expliqué. Les startups iWelcome, Janrain et Gigya proposent toutes trois de faire le lien entre différents services et les réseaux sociaux par exemple, afin de comprendre les goûts et comportements des utilisateurs. Elles sont spécialisées dans ce qu’on appelle la « Customer Identity » et l’ « Access Management ».

Les beacons représentent aussi un potentiel non négligeable. Aux Etats-Unis, les files des aéroports sont très souvent interminables aux contrôles de sécurité. Les beacons permettent de mieux rediriger les voyageurs vers des espaces moins engorgés grâce à la fonctionnalité de localisation que proposent ces petites balises bluetooth. Elles permettent également de trouver des boutiques et services. Une technologie également utilisée par la startup LugLoc qui, elle, permet de retrouver ses baggages.

Les startups apportent aussi de l’innovation dans les wearables, l’intelligence artificielle et dans la location de lieux pour des évènements ou des réunions. Spacebase, Bizly ou encore Breather se sont lancées sur ce dernier segment. Freebird permet de réserver un autre vol gratuitement si le sien est annulé (si la situation respecte de nombreuses conditions), Dufl permet de recevoir une valise avec tous les vêtements nécessaires à destination, Rocketrip récompense les employés d’une entreprise qui font des économies dans les frais de voyage.

Plus qu’une histoire d’âge, un état d’esprit

Après l’intervention de la Senior Director, Research & Intelligence chez BCD Travel, ce fut au tour d’Aurélie Krau, fondatrice de Travel Think et Operation Manager chez GBTA France, de parler non pas de startups, mais de l’esprit startup à travers les hackathons. Elle a pu assister au premier exercice du genre dans le business travel organisé par IATA en mai dernier (elle vous raconte tout dans un billet ici). Sur scène, elle a rappelé sa définition : « Il s’agit de la contraction de deux mots : hack et marathon. Vous réunissez des développeurs, des graphistes, des innovateurs, des spécialistes du marketing et vous les mettez au défi de concevoir des prototypes de sites web ou d’applications mobiles répondant à des challenges spécifiques et en un laps de temps limité, en général de 1 à 3 jours ».

De cet évènement, elle en a retenu un point important : il ne faut pas chercher à développer une app ou une solution en fonction du secteur, mais en fonction des besoins des utilisateurs. « Regardez Captain Train. Ils se sont lancés dans le voyage d’affaires parce qu’il y avait un réel besoin des professionnels en déplacement qui étaient nombreux à utiliser la plateforme », a expliqué Aurélie Krau. Les voyageurs aujourd’hui veulent des services ATAWAD (Anytime, anywhere, any device) selon elle, c’est pourquoi la messagerie instantanée prend de plus en plus d’importance, tout comme les chatbots. Certaines startups l’ont bien compris à l’instar de Sam, l’assistant virtuel qui accompagne le voyageur à toutes les étapes de son séjour.

Pour Aurélie Krau, il ne faut donc pas nécessairement être une startup pour répondre aux besoins de ses clients. Les hackathons sont un bon exercice pour réfléchir « out of the box » et allier technologie et savoir faire. « Barriers can be broken » a-t-elle lancé à l’attention des grandes entreprises frileuses de changer leurs habitudes. D’ailleurs, lors du hackathon IATA, une idée intéressante a été soumise de la part d’un jeune homme plus au courant des nouveautés technologiques que des problématiques métier du secteur : si les voyageurs ont tendance à faire du « bleisure », pourquoi ne pas proposer  une application qui permettrait de switcher très facilement entre son profil « business » et son profil « loisirs » ? Vous avez 1h.

Photo d’ouverture : Jordan McQueen

Previous post

TOM s'est rendu dans le nouveau laboratoire d'Expedia à Londres

Next post

L'Update #14 : l'actualité des géants du travel et les beacons au musée du Louvre

1 Comment

  1. […] Travel On Move  […]

Leave a reply

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *