Home»ACTUS»Le musée Picasso revient sur son usage du numérique

Le musée Picasso revient sur son usage du numérique

musée_picasso

A l’occasion des 6e Rencontres Nationales Culture et Innovations, Alya Nazaraly, responsable du développement culturel du Musée Picasso, est revenu sur l’usage de l’iBeacon et de la géolocalisation indoor entre ses murs.

Après 5 ans de travaux, le musée Picasso a rouvert ses portes en octobre 2014 avec une réelle volonté de se réinventer et renouveler l’expérience des visiteurs. L’idée était donc de « donner à voir un musée moderne, changer l’image que les gens avaient du musée Picasso qui pouvait être perçu comme un musée un peu vieillot […] Il fallait en même temps respecter les exigences qui étaient propres au lieu et qui étaient celles d’un hôtel particulier », explique Alya Nazaraly. Miser sur le numérique était également l’occasion de diversifier les publics.

Le dispositif est constitué de deux outils : des visio-guides (plutôt adaptés à un public senior) et une application mobile qui permet d’accéder à la billetterie, à l’agenda du musée et à une mini-boutique pour acheter des parcours allant de 1,99€ à 2,99€. Grâce à la géolocalisation, le visiteur peut également se retrouver grâce au plan. Tout le back-office peut être gérer en interne, ce qui permet de « suivre la vie de l’institution, de répondre aux demandes des conservateurs, de mettre en valeur les pièces d’archives et d’être réactif sans avoir forcément besoin de passer par nos prestataires », poursuit la responsable du développement culturel. Au 1er février, après trois mois d’exploitation, l’application a été téléchargée 12 000 fois.

La technologie la plus innovante qui a été installée dans le musée Picasso est l’iBeacon, la technologie d’Apple fonctionnant avec des bornes bluetooth basse consommation qui viennent activer le contenu d’une application. Une cinquantaine de balises ont été installées au dessus des œuvres. Pendant que d’autres musées s’en servent pour pusher du contenu relatif aux œuvres, le musée Picasso a décidé de s’en servir pour se situer seulement. « Nous cherchions un usage non disruptif », déclare Alya Nazaraly. Il s’agit donc seulement d’une alternative au Wi-Fi. Les visiteurs trouveront tout de même du contenu dans l’application ou dans la signalétique.

Previous post

eNett choisit les Travel D’OR pour pénétrer le marché français

Next post

Le Welcome City Lab présente sa nouvelle promo et ses projets

4 Comments

  1. 18 mars 2015 at 18 h 10 min — Répondre

    […] Après 5 ans de travaux, le musée Picasso a rouvert ses portes en octobre 2014 avec une réelle volonté de se réinventer et renouveler l’expérience des visiteurs. L’idée était donc de « donner à voir un musée moderne, changer l’image que les gens avaient du musée Picasso qui pouvait être perçu comme un musée un peu vieillot…Au 1er février, après trois mois d’exploitation, l’application a été téléchargée 12 000 fois.  […]

  2. 18 mars 2015 at 23 h 28 min — Répondre

    […] Après 5 ans de travaux, le musée Picasso a rouvert ses portes en octobre 2014 avec une réelle volonté de se réinventer et renouveler l’expérience des visiteurs. L’idée était donc de « donner à voir un musée moderne, changer l’image que les gens avaient du musée Picasso qui pouvait être perçu comme un musée un peu vieillot… Au 1er février, après trois mois d’exploitation, l’application a été téléchargée 12 000 fois.  […]

  3. […]   […]

  4. […] Le musée Picasso revient sur son usage du numérique – par Travel on move le 18/03/2015 […]

Leave a reply

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *