Quels robots pour quels services dans le Tourisme ?

Claudie MEROT 4 juillet 2014 1

robots_conférence

Quelle est va être la place des robots dans le monde du Tourisme ? Une question au coeur de la conférence donnée au Welcome City Lab par Patrick Viceriat, président de l’Afest (Association Francophone des Experts Scientifiques du Tourisme) et Sophie Lacour, docteure en sciences de l’information et de la communication.

Les robots pourraient avoir une utilité dans toutes les filières du Tourisme : hébergement, sport, restauration, loisirs culturels, voyages d’affaires mais aussi monde de la nuit. Patrick Vicerat précise tout de même : « Aucun robot n’est créé spécifiquement pour le Tourisme mais certaines de leurs applications peuvent être tansposées ». D’une manière générale, les robots ont pour but d’améliorer la qualité des services, d’en proposer de nouveaux, d’augmenter la productivité tout en réduisant les coûts, de diminuer les emplois pénibles ou les métiers à risques et enfin de libérer du temps pour permettre aux humains de faire autre chose. Les robots pourraient clairement révolutionner le monde dans tous les domaines. Une révolution qui s’accompagne de peurs. Sophie Lacour évoque « la grande peur, celle de voir les robots dominer le monde. Une peur identifiée par les sociologues. Mais aussi, la peur que les robots finissent par prendre le travail des hommes ».

La robotique, un secteur en pleine évolution

Pour commencer, Patrick Vicerat rappelle la définition : « Un robot est un dispositif mécanique permettant de réaliser des tâches, en autonomie de décision sur tout ou une partie des actions élémentaires qui la composent ». Selon Syrobo (Syndicat de la robotique de service professionnel et personnel), la robotique de service à usage personnel ou professionnel est un marché émergeant qui pourrait atteindre un parc installé de 35 milliards de dollars dès 2015. Elle se définit comme la capacité d’opération dans un environnement conçu pour l’Homme et en interaction avec l’Homme. Les secteurs porteurs de ce marchés sont : l’assistance aux personnes en perte d’autonomie (télésurveillance, télémédecine ou encore aide à la rééducation) qui devrait atteindre entre 1 et 2,5 milliards de dollars en 2018. « Le marché des robots domestiques ou compagnons mais aussi celui des robots de surveillance, de gardiennage et de surveillance environnementale sont également des secteurs prioritaires, ajoute le président de L’Afest, d’ici à 2020, le marché mondial de la robotique de service devrait atteindre les 100 milliards de dollars. Certains pays sont en avance comme le Japon ou les Etats-Unis. Ce qui nous manque en France, ce sont des acteurs dominants ».

Les robots au service du Tourisme

Peu à peu, les robots font leur entrée dans le monde du Tourisme. Patrick Vicerat a donné plusieurs exemples de ce qui se fait déjà. Dans le secteur de l’hébergement, un robot est en poste depuis bien longtemps : le robot aspirateur. L’entreprise iRobot commercialise le Roomba 880, un aspirateur intelligent. Sophie Lacour évoque « le robot collaboratif Baxter, qui peut plier une chemise ou même préparer le café ». Ainsi, les robots pourraient simplifier les services dans les hôtels. « Dans un Pierre & Vacances, les jours d’arrivée, vous avez des milliers de personnes qui arrivent en même temps et d’autres qui partent don il faut nettoyer les chambres. A moins d’avoir une armée de femmes ou d’hommes de ménage, cela risque de prendre du temps. Les robots peuvent être utiles, même pendant le service à table », ajoute Patrick Vicerat.
Macco le barman qui sert des cocktails lorsqu’on lui tape sur la tête, PR2 le robot serveur, RoboThespian le guide touristique à la Nasa, Tawabo le robot polyglotte à la Tour de Tokyo, mais aussi les robots porteurs de bagages dans un hôtel à New York, voituriers en Allemagne, les exemples sont nombreux et divers. « En France, au château d’Orion, le robot Norio permet aux personnes à mobilité réduite de découvrir les œuvres du premier étage, auquel ils n’ont pas accès », explique Sophie Lacour.

Les robots se développent peu à peu dans le monde du Tourisme mais les professionnels ont tout intérêt à suivre leur évolution. « Les robots communiquent entre eux, échangent. Dans 100 ans, on peut imaginer qu’un robot ira lui-même en magasin pour changer ses pièces défectueuses et il sera servi par un robot », conclut Sophie Lacour. Vous êtes prévenus.

Facebook Twitter Email Linkedin

Un commentaire »

Laisser une réponse »